Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 17:19

Dimanche 11 novembre 2012

 

COMMUNIQUE de PRESSE.

 

Ch. Estrosi aime la claque….Attention que nos poilus ne reviennent d’outre-tombe lui apprendre  la vie…Lors du discours aux corps constitués, sous les ors du palais préfectoral, reçu par M le Préfet des Alpes maritimes, il instrumentalise les millions de morts pour la France dans le but d' une opération politicienne de bas étage, à son unique profit.

 

Appeler à la rescousse les poilus de 14-18 qui "ne seraient peut être pas partis défendre la patrie si 100 ans plus tard, ils savaient qu'il y aurait le vote des étrangers, et le 19 Mars pour date de commémoration de la fin de la guerre d'Algérie"....en profitant d'une assemblée qui applaudit à tout rompre, c'est républicain ?

Il est vrai qu'une heure plus tôt, au monument aux morts, la présence remarquée de JM Le pen, dans les rangs des élus l'a sans doute encouragé à franchir la ligne des valeurs républicaines...

 

Je suis personnellement choquée de cette déclaration publique, mon arrière grand-pére étant mort au Chemin des Dames en 17.

 

Alors droit de réponse si la presse s’en fait l’écho :


1/ le droit de vote des étrangers aux ELECTIONS LOCALES existe déjà , et ce sont les ennemis d’hier (les allemands entre autres) qui peuvent y participer.

 Par contre,leurs camarades d’arme, les tirailleurs sénégalais et autres « supplétifs » marocains ou algériens colonisés « par l’œuvre civilisatrice de Napoléon III(dixit le même Estrosi dans le même discours) qui ont payé le « prix du sang » (toujours Estrosi) en sont écartés.

2/ la date du 19 Mars est reprise comme un leitmotiv pour complaire aux rapatriés d’Algérie Pourtant les mêmes savent bien que c’est l’OAS qui, pour la plupart des attentats et manifestations,  a déclenché la violence qui a suivi les accords d’Evian.


L’esprit de justice et d’équité, l’esprit de fraternité, d’égalité n’anime plus nos élus niçois depuis longtemps, il fallait arriver à la préparation du centenaire pour le constater…


 Emmanuelle Gaziello, conseillère municipale de Nice, et de la Métropole.


PS Pour info, déclaration de M. Guy Fischer(sénateur groupe CRC).

(lors de l’adoption le 8 Novembre de la JOURNÉE NATIONALE EN MÉMOIRE DES VICTIMES DE LA GUERRE D'ALGÉRIE ET DES COMBATS EN TUNISIE ET AU MAROC)(http://www.senat.fr/seances/s201211/s20121108/s20121108_mono.html) 

« L'ancien gouvernement nous a fait adopter à la sauvette un projet de loi, qui plus est en procédure accélérée, prévoyant de rendre hommage à tous les morts pour la France à l'occasion du 11 novembre, jour anniversaire de l'armistice de 1918. Ce texte était prémédité pour faire obstacle à l'adoption de la date du 19 mars et pour en venir au bout du compte à une date unique dont certains souhaiteraient l'avènement.

En confondant les mémoires et les événements, en amalgamant des engagements qui n'ont pas la même portée historique et humaine, le risque est grand d'aboutir à une vision aseptisée de l'histoire et de la mémoire collective, qui ne permette plus de comprendre le passé ni de construire lucidement l'avenir.

S'agissant du 19 mars, j'affirme que les auteurs de proposition de loi dont nous défendons l'adoption ne prétendent en aucun cas privilégier certaines catégories de victimes ou instaurer une sorte de hiérarchie dans la perte, la mort, la souffrance. Les historiens s'accordent sur le fait que cette guerre aura fait 25 000 morts et 65 000 blessés dans les rangs de l'armée française, essentiellement composée d'appelés du contingent, des dizaines de milliers parmi les harkis, 150 000 morts dans les rangs du FLN et de l'ALN. La population française ne fut pas épargnée et la population algérienne paya le lourd tribut de 300 000 à 400 000 victimes. Je n'omettrai pas non plus les psychotraumatismes de guerre, non pris en compte et non traités, qui ont durablement marqué nos jeunes appelés – toute une génération ! – dès leur retour en France.

Je souhaite enfin évoquer les victimes de l'OAS, dont le symbole est pour moi le commissaire central d'Alger, M. Roger Gavoury, assassiné le 31 mai 1961 par les sicaires de cette association criminelle et antirépublicaine. Son fils Jean-François Gavoury, présent dans les tribunes, a relevé le flambeau et se bat avec une ténacité qui force l'admiration pour faire reconnaître le tribut payé par les forces de l'ordre durant la guerre d'Algérie, pour que ne soit pas occultée, comme elle l'est souvent, la responsabilité de l'OAS dans les événements de l'après-19 mars, et enfin pour que les nostalgiques, revanchards et autres tenants de l'Algérie française ne réécrivent pas impunément l'histoire et n'érigent pas des mausolées aux bourreaux.

Toutes ces victimes, à des titres divers, méritent une date unique pour se recueillir et panser leurs plaies. La mémoire a besoin d'un point d'ancrage.

Des deux côtés, des exactions furent commises après le 19 mars 1962, nous en sommes tous d'accord. De même, il y eut des victimes à déplorer après le 11 novembre 1918 et le 8 mai 1945.

Je suis convaincu que toutes les familles de victimes civiles ou militaires peuvent se recueillir et se souvenir à la même date, si celle-ci est véritablement en lien avec les événements vécus. Sauf peut-être ceux qui attisaient les braises et ne voulaient pas la fin de cette guerre…

Oui, en vertu de ce parallélisme des formes, le 19 mars est, qu'on le veuille ou non, la date que l'histoire légitime. Le 19 mars doit être la date de la troisième génération du feu, et c'est la raison pour laquelle le groupe communiste républicain et citoyen adoptera cette proposition de loi identique à celles qu'il avait si souvent déposées sur le bureau de notre assemblée par le passé. (Applaudissements sur les travées du groupe CRC et du groupe socialiste, ainsi que sur certaines travées du RDSE.)

 

Source : Blog Emmanuelle Gaziello 

http://www.emmanuelle-gaziello.com/

 

telechargement--36-.jpg

Photo prise lors d'une relève de troupes au chemin des Dames, au printemps 1917. AFP/OFF

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Histoire
commenter cet article

commentaires