Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 10:33

A nouveau sous la menace d'une expulsion de leurs territoires, les Guarani-Kaiowá de Pyelito Kue / Mbarakay dans la municipalité de Iguatemi, dans l'état du Mato Grosso do Sul (MS), ont écrit une lettre le 8 octobre 2012 qui a entraîné des vives réactions dans la presse brésilienne et sur le Web.

 

Profondément affaiblis par la perte presque totale de leurs territoires au fil du dernier siècle, les indiens Guaraní-Kaiowá, la deuxième population autochtone du Brésil qui compte 43 000 personnes, subissent harcèlements moral et physique et intimidations, ce qui a provoqué une alarmante vague de suicides [en français]. Les terres de l'Etat du Mato Grosso do Sul sont les plus productives au Brésil en termes d'élevage et de culture de biocarburants.

 

                                Foto de cinco mil cruzes plantadas em Brasília na página de Facebook da Itiban Comic Shop

Photo de cinq milles croix plantées à Brasilia sur la page Facebook de Itiban Comic Shop

 

La lettre a été motivée par une ordonnance judiciaire émise par le bureau de la Justice fédérale de la ville de Navirai (MS) (nº 0000032-87.2012.4.03.6006), ordonnant que la communauté Pyelito Kue / Mbarakay libère ses terres ancestrales.

“Ceux qui devraient mourir”

“Nous ne devrions pas rester silencieux ou passifs face à cette clameur de la communauté Guarani-Kaiowá”, maintient Egon Heck, conseiller du Conselho Indigenista Missionário (CIMI), faisant allusion à la mémoire historique évoquée dans l'ouvrage Y - Juca Pirama -  O Indio: aquele que deve morrer (Y-Juca Pirama, l'indien : celui qui devait mourir), un opuscule publié en 1973 par les évêques et les missionnaires travaillant en Amazonie 

Face au décret de mort et d’extermination émerge la détermination obstinée des peuples, décidés à vivre ou à mourir collectivement, en accord avec leurs croyances, leurs espoirs et leurs désespoirs. Ce cri fera certainement partie du manifeste « Les peuples indigènes, ceux qui doivent vivre »,  malgré et contre les décrets de l'extermination”. […] Ce n'est pas un cas isolé, mais d'une exceptionnelle gravité, devant une décision de mort collective. Nous continuerons à être affecté par des faits similaires si des mesures urgentes ne sont pas prises pour résoudre la question de la démarcation des terres indigènes de ces gens.

 

Ilustração de Odyr Bernardi na página de Facebook "Quadrinhos Guarani"

Illustration de Odyr Bernardi publiée sur la page Facebook “Quadrinhos Guarani “, où l'on peut voir une version en BD de la lettre des Guarani-Kaiow en BD, réalisée à la suite d'un appel lancé pour une action collective. 

La journaliste Eliane Brum a réagi à la lettre, et a écrit [pt] dans sa rubrique du magazine Epoca un rappel historique de la lutte des Guarani-Kaiowá, en expliquant comment une “partie de l’élite brésilienne méprise, par ignorance, l'immense richesse existant dans la langue, la connaissance et la vision du monde des 230 groupes ethniques indigènes qui survivent encore” au Brésil :

Comment pouvons-nous comprendre le désespoir d'une décision collective de suicide ? Nous ne le pouvons pas. Nous ne savons même pas ce que c'est. Mais nous pouvons connaître ceux qui sont morts, meurent et mourront par nos actions - ou absence d'action. Et ainsi, au moins, nous pourrons approcher nos mondes, qui jusqu'à aujourd'hui ont pour principal point de contact la violence.

 

Felipe Milanez, journaliste et auteur du documentaire Toxic: Amazon, et aussi créateur du blog en hommage à la Luta Guarani [Lutte Guarani, en portugais], a fait une utilisation prolifique des réseaux sociaux pour alerter sur la cause de ce peuple. Il a récemment publié une vídéo [en portugais] du témoignage d'un chef indien, Elpidio Pires , sur ce que c'est de vivre sous des menaces de mort :

 

 

Sur Twitter, Felipe (@felipedjeguaka) dénonce les liens entre les fonctionnaires des gouvernements locaux, les grands propriétaires terriens, le banditisme et le crime organisé en Amazonie, en donnant des noms [portugais]

 

En avril, il avait déjà publié une autre vídéo sur la mort du chef indien Nisio Gomes, en novembre 2011, lors d'une embuscade tendue par des hommes armés :

 

Vague de protestations

Sur les réseaux sociaux se multiplient les initiatives de solidarité, telles que la page Facebook Solidariedade ao Povo Guarani-Kaiowá ou le blog du même nom du Comité international de solidarité avec le peuple Guarani-Kaiowá. Une vídéo réalisée par Tekoa Virtual Guarani est également diffusée, avec des messages adressés à la Présidente Dilma Rousseff, pour la sensibiliser aux violences subies par ces indigènes.

 

Denúncia de ameaças de morte por representante indígena das mulheres de MS no vídeo "Salve Dilma! Aqueles que irão morrer te saúdam."

La représentante des femmes Guarani de l’état de Mato Grosso dénonce les  menaces de mort dont ils sont victimes dans la vidéo “Salut Dilma ! Ceux qui vont mourir te saluent” (en portugais)

Le 2 novembre, sur Facebook, un groupe fera une simulation de “suicide collectif symbolique” en ligne, avec la désactivation collective des comptes Facebook, une initiative baptisée  “facebookicide”. Une pétition sur le site Avaaz, contenant à l'heure de publication 34 218 signatures, lance un appel : “Arrêtons le suicide collectif des indiens Guarani-Kaiowá”. Cependant, une note du CIMI critique la façon dont ont été présentés les faits, présentés comme un “suicide collectif “ des Guarani-Kaiowa, interprétation largement reprise par leurs soutiens et par la presse quand en réalité, la lettre dit “mort collective”, dans le “contexte de la lutte pour la terre”.

Le 19 octobre, à Brasilia, a eu lieu une manifestation en face du Congrès National, appelée par le Cimi, le Conseil fédéral de la psychologie (PCP), la plateforme Dhesca et Global Justice. 

 

Source : GlobalVoices

 

PS: VIDEOS sous titrage en Français ou autre , cliquez sur  " CC" 

Partager cet article

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Environnement - Ecologie
commenter cet article

commentaires