Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 18:54

J’ai regardé, jeudi dernier - jour de manifestations départementales CGT pour l’emploi, les salaires, la protection sociale – le secrétaire général  de la CGT interviewé sur BFM/TV.


Il a quand même dit quelques mots du cadeau scandaleux que François Hollande compte faire aux patrons en les exonérant du versement de la cotisation familiale , mais quels mots !.. : « Ce sera un coup de canif dans le programme du Conseil National de la Résistance »… Excusez du peu ! Un coup de canif ? Un coup de hache, oui !!!


Cette  décision porterait un coup fatal au principe FONDAMENTAL DE SOLIDARITE et, sans doute à terme D’UNICITE (que deviendrait la «Branche Famille »?), voire D’EGALITE (toutes les familles qui en bénéficient aujourd’hui continueraient-elles d’en bénéficier ?)


Pour bien faire mesurer l’ampleur du véritable enjeu,  ce qui manque pratiquement toujours dans la dénonciation, c’est le manque d’argument sur la cohérence du système Institutionnel qui permette de dérouler le fil de la CASSE jusqu’au bout : faire réfléchir, faire connaître pour certains (les Jeunes notamment), ce qui a fait le succès de cette Institution : cette construction en cohérence autour de l’Etre Humain. Souvent, j’ai l’impression que nombreux parmi ceux qui invoquent le programme du CNR et plus particulièrement LA Sécurité Sociale, ne savent pas ce qu’il est en réalité. Donc, c’est du global et malheureusement pas du pédagogique.


Sa construction repose sur les principes fondamentaux suivants : LA DEMOCRATIE – LA SOLIDARITE – L’UNICITE – L’EGALITE ; L’UNIVERSALITE n’ayant pu être mise en œuvre à l’époque, du fait de nombreuses oppositions partisanes. Elle a cependant été mise en œuvre en 2000 - en ce qui concerne la maladie -  par le gouvernement Jospin et baptisée « CMU » (Couverture Maladie Universelle)… pas si universelle que ça d’ailleurs puisqu’elle aboutit à des discriminations par le refus de certains praticiens (médecins notamment en secteur 2, dentistes…) de recevoir les patients.


Ce n’est pas tout ! La face cachée de l’iceberg CMU, c’est qu’elle a fait entrer la Sécu dans le champ de la COMPLEMENTARITE jusque-là réservé aux mutuelles et aux assurances privées, en faisant participer les CPAM (Sécu) à la gestion de la « complémentaireCMU » au même titre donc que les mutuelles et les assurances privées. Ce faisant, elle entr’ouvre ainsi à ces dernières, une porte qui puisse, le jour venu, leur permettre de crier à « l’inégalité de traitement » et de revendiquer d’entrer dans le champ «réservé» de la Sécu. Imaginons ainsi, les assurances privées autorisées à gérer au 1er  euro (remboursement de base) le risque «Accident du travail», par exemple…Le salarié accidenté n’aurait pas fini d’en découdre pour faire reconnaître la faute de l’employeur ! Enfin, cerise sur le gâteau, avec la CMU, la pauvreté a été Institutionnalisée, désormais, nous avons un nouveau régime : le régime des «Pauvres»! Alors qu’il aurait suffit à l’époque d’améliorer l’aide médicale gratuite. Quelle dénonciation de ce coup bas à l’époque ?


Il faut sans cesse rappeler qu’à l’origine ces principes fondamentaux plaçaient l’Etre Humain au cœur du système. Il faut  mettre en lumière  le tournant «culturel» amorcé, il y a longtemps lorsque le gouvernement d’alors et ses acolytes ont décrété que désormais, une gestion « moderne » (bien sûr !) allait être amorcée : on allait réorienter la Sécu vers « LA GESTION DU RISQUE ». L’objectif étant de positionner le « risque » au cœur du Système, à la place de l’être humain.


Et, c’était parti ! La Gestion du Risque n’étant rien d’autre que « l’Art » de couper la Sécu en morceaux, de la dépecer, en créant des strates différents, des assemblages différents, des administrations différentes (gouvernances). Ces derniers temps sont ciblés la Dépendance et le Handicap.

 

Pour qui a regardé sur France 5 le film « terrible », courageux et poignant qu’a tourné Eglantine Eméyé : « Mon fils, un si long combat » sur leur vie au quotidien  et sur ses épuisantes démarches pour donner à ce fils polyhandicapé une vie digne, on voit bien que la création de Maisons du Handicap a un autre objectif que de répondre aux difficultés auxquelles sont confrontées  ces personnes et leur famille ; en fait, il ne s’agit de rien d’autre que de sortir « le risque handicap» du champ de la Sécu. Le même objectif vise actuellement la dépendance, dont la place doit rester dans la Branche « maladie » de la Sécurité Sociale, sauf à faire les beaux jours des assurances privées et à faire les poches des personnes dépendantes.


La stratégie du gouvernement aux ordres du Capital consiste à instrumentaliser les problèmes sanitaires et sociaux auxquels la population se trouve confrontée pour créer des « sas » qui permettent subtilement de chambouler l’Institution sous tous ses aspects : démocratique, structurel financier, organisationnel.

 

C’était déjà l’objectif notamment :


- de la disparition du Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale,

- des Ordonnances de 1967, avec la disparition de  la Caisse Nationale de SECURITE   SOCIALE pour en isoler chaque Branche : MALADIE, VIEILLESSE,  FAMILLE, RECOUVREMENT  

- de la dispersion desdites « branches » dans des ministères différents.


Des coups très graves et incessants contre les principes fondamentaux, en finalité et pour faire perdre les repères : jusqu’à Wikipédia qui oublie (?...) de mentionner la «Branche Recouvrement» dans l’énumération qu’elle fait des Branches de la Sécurité Sociale…


Il faut savoir que, même si ça ne saute pas aux yeux (c’est étudié pour !) hormis à l’origine, des lois portant Généralisation de la Sécurité Sociale, TOUTES les mesures prises (Ordonnances, lois, etc), SANS AUCUNE EXCEPTION, ont porté, et portent atteinte aux principes fondamentaux  sur lesquels repose la Sécurité Sociale. C’est pourquoi, il faut TOUJOURS chercher «où est l’erreur ?».


Le tout accompagné d’une stratégie de langage dont la performance consiste à occulter les termes « Sécurité Sociale ». On parle désormais : d’assurance maladie, de retraite, de santé, de handicap, de dépendance et, au global, de protection sociale (Là aussi, pour être exact, on devrait prononcer le terme « Protection Sanitaire et Sociale » car que serait la protection de la Santé sans la Sécu ?).


Amusez-vous donc à chercher le terme Sécurité Sociale dans bien des écrits …


Si, vous le trouverez quand même lorsqu’il s’agit de parler de «déficit» et de «charges patronales»…

 

MAIS, VENONS-EN À LA « FAMILLE ».


D’actualité par les temps qui courent, non ? Les manifestations ringardes et homophobes soi-disant pour défendre LA Famille battent le pavé et tous les feux sont braqués sur elles. Mais interrogeons-nous : tant qu’ils y sont, pourquoi les « manifestants » n’ajoutent pas à leurs « exigences »  le retrait du projet « Hollande » d’exonérer les Entreprises de leur versement de la cotisation familiale


 (C’est sûr, leur objectif  est tout autre !...) Car là, ce seront toutes les familles, les citoyens, voire les contribuables qui seront impactés. Parce qu’il va falloir trouver un autre mode de financement : réduction du nombre de fonctionnaires ? suppression de services publics (avec son corollaire : création de services privés) ? augmentation de la CSG ? création de nouvelles taxes (TVA sociale) ?...


Cette stratégie devrait permettre en outre une refonte du système d’attribution. Posons-nous la question : « Les familles qui touchent aujourd’hui les allocations familiales les toucheront-elles demain » ? (Révision des conditions d’attribution : plafond? autres?) Quel que soit le « choix » opéré, les citoyens en seront de leur poche et les actionnaires pourront ainsi continuer d’engranger les profits!


Enfin pour terminer mon propos, je rappellerai que les Allocations familiales sont censées être le DROIT INALIENABLE DE L’ENFANT ! Et, justement  ce n’est pas par hasard si c’est l’Entreprise – seule – qui verse les cotisations familiales (et pas le patron, soit dit en passant…), c’est parce que l’Enfant est l’Avenir du Pays, c’est lui qui le fera vivre d’une façon ou d’une autre. Il est donc juste qu’une partie des richesses lui soient consacrées pour contribuer à en faire la Femme et l’Homme qui feront vivre le monde de demain. Et il en va de même pour les étudiants qui revendiquent de  relever du Régime Général de la Sécurité Sociale.


De la même façon, n’oublions pas qu’au moment de la mise en œuvre de la Sécurité Sociale, la CGT revendiquait, lors de son congrès, que le risque « chômage » soit intégré dans l’Institution Sécurité Sociale. Il eût été juste, là aussi, que l’Entreprise, seule, cotise.

 

A l’heure où l’intérêt de LA FAMILLE est sur la sellette à longueur de médias QU’ATTEND-ON pour  profiter de ce contexte, pour saisir cette opportunité et intervenir dans les débats, les prises de paroles les interviews, pour produire des argumentaires et démontrer que la seule vraie bataille pour défendre LA FAMILLE et LA SECURITE SOCIALE c’est de maintenir le versement par l’Entreprise de la cotisation familiale? Toutes autres manifestations actuelles pour soi-disant défendre LA FAMILLE  contribuent aussi à masquer ce véritable enjeu.

 

Or, le 18 mars prochain, la Fédération CGT du Personnel des Organismes Sociaux, avec celle des autres organisations syndicales, appelle à une journée Nationale d’action et de manifestation à Paris pour la DEFENSE DE LA SECURITE SOCIALE.

 

C’est bien, elles prennent leur responsabilité. Mais à qui fera t’on croire qu’à eux seuls, les Agents des Caisses de Sécu vont «sauver» la Sécu ? Il faut que cette journée soit INTERPROFESSIONNELLE. Si elle ne l’est pas, elle interdit de fait aux Assurés Sociaux et à leurs Ayants droits, premiers concernés, de se rassembler et d’agir véritablement pour défendre l’Institution.


C’est pourquoi la CGT doit  mettre tout en œuvre pour  créer un large rassemblement de toutes les organisations syndicales, et même bien au-delà, afin de donner le plus de moyens possibles à toutes ces femmes et a tous ces hommes, de tenir toute leur place dans cette bataille y compris - pourquoi pas ?- en la déclinant au niveau  régional ou départemental.

 

Exiger le retrait de l’exonération pour les Entreprises du versement de la cotisation familiale, c’est défendre la Famille, c’est défendre la retraite, c’est défendre la santé, c’est défendre la Sécurité Sociale et agir vraiment pour donner enfin un vrai coup d’arrêt à cette spirale autoritaire et anti-sociale indigne d’un 21ème siècle dans laquelle les tenants de la Finance et ses serviteurs zélés cherchent à en finir avec les acquis sociaux issus du Programme du Conseil National de la Résistance.  

 

MICHELE retraitée CGT

LE 15 FEVRIER 2014.  


Source :

http://idata.over-blog.com/3/06/23/69/logo-FSC.jpg

 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans La lutte des classes
commenter cet article

commentaires