Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 22:10

http://www.francetvinfo.fr/image/74votjkli-4783/658/370/1394651.jpg

 

27 février 2014

 

Le cynisme du ministre de la santé Adonis Georgiadis ne semple plus avoir de limites. Dans un entre­tien avec le Washington Post, il a déclaré que «  les mala­dies comme le can­cer ne sont pas urgentes, sauf en phase avan­cée  ». Pendant ce temps, le sys­tème de santé se meurt en Grèce.


Lors de sa nomi­na­tion en juin 2013, Adonis Georgiadis avait déclaré «  ceux qui ne s’adaptent pas meurent  », ce qui pou­vait déjà lais­ser un doute sur son trôle en tant que ministre de la santé.


Après avoir remis en ser­vice une loi stig­ma­ti­sant les séro­po­si­tifs dont on peut voir avec frayeur les résul­tats dans le docu­men­taire Ruines, après avoir ré-écrit l’histoire en décla­rant qu” » il n’y a jamais eu de morts à poly­tech­nique  » lors du sou­lè­ve­ment des étu­diants, Adonis Georgiadis, passé de la vente de livres contro­ver­sés, pour ne pas dire anti­sé­mites, et ancien député du parti d’extrême droite LAOS semble être passé expert médical.


Alors que l’article du Washington Post montre que les patients grecs atteints d’un can­cer sont livrés à eux même et sou­vent contraints de payer leurs propres trai­te­ments suite à la perte de leur cou­ver­ture de santé (28% de la popu­la­tion) et qu’un récent rap­port du Lancet, une des prin­ci­pales revues médi­cale du monde, accuse le gou­ver­ne­ment grec et la troïka d’être dans le déni concer­nant la gra­vité de la situa­tion pour la popu­la­tion grecque qui subit des coupes sans pré­cé­dent dans le bud­get de la santé,  le ministre de la santé a donc expli­qué com­ment le minis­tère gère avec la situa­tion des patients non assurés :


Georgiadis a déclaré que les cas d’urgence sont encore trai­tés dans les hôpi­taux publics, indé­pen­dam­ment du sta­tut de l’assurance. « Mais », dit-il, « les mala­dies comme le can­cer ne sont pas consi­dé­rées comme urgentes, sauf si vous êtes dans la phase avancée. »


Ces pro­pos ne sont bien sûr pas confir­més par les spé­cia­listes du secteur :


Pour la Ligue contre le can­cer, «  Détecter tôt cer­tains can­cers per­met de les trai­ter mieux, c’est-à-dire de pro­po­ser des trai­te­ments moins lourds, et avec plus de chance de gué­ri­son.  »

Même constat pour l’Organisation Mondiale de la Santé : « Une détec­tion pré­coce du can­cer aug­mente consi­dé­ra­ble­ment les chances de réus­site du trai­te­ment. Elle repose sur deux élé­ments prin­ci­paux : l’éducation en faveur du diag­nos­tic pré­coce et le dépistage. »


L’OMS ajoute :

Les pro­grammes de trai­te­ment les plus effi­caces et les plus effi­cients sont ceux qui:
– sont pro­di­gués de manière durable et équi­table;
– sont liés à une détec­tion pré­coce;
– et res­pectent des normes de soins repo­sant sur des bases fac­tuelles et adoptent une approche multidisciplinaire.


L’article du Wahington Post  parle d’un patient non assuré atteint de can­cer, Nikos Solomos, 60 ans, qui n’a pas d’argent pour payer l’opération et qui a été obligé de vendre du maté­riel et des biens agri­coles pour cou­vrir les frais médi­caux qui dépassent main­te­nant 50.000 €.


Solomos, qui a récem­ment appris que le can­cer avait créé des méta­stases au foie, a main­te­nant besoin de 12 000€ pour l’opération.


« Nous ne les avons tout sim­ple­ment pas » a-t-il dit au Washington Post.


Mais Georgiadis a affirmé que les cas d’urgence sont encore trai­tés dans les hôpi­taux publics, indé­pen­dam­ment du sta­tut de l’assurance, après la créa­tion d’un fonds de 13 mil­lions d’euros pour les cas les plus graves. Ce fond est issu de l’argent saisi dans la répres­sion de la fraude fiscale.


Mardi, la Clinique com­mu­nau­taire métro­po­li­taine , une ini­tia­tive de santé béné­vole basée à Athènes qui a fourni des soins gra­tuits à des mil­liers de per­sonnes non assu­rées car exclues de la gra­tuité des soins de l’Etat, a déclaré que l’article du Washington Post et d’autres rap­ports ont  «  bou­le­versé la tran­quillité du gou­ver­ne­ment et des grands médias grecs, qui ont sim­ple­ment «enter­rés» la situa­tion réelle du ser­vice public de santé  ».


En Juillet, le centre avait averti que les « poli­tiques inhu­maines » du minis­tère de la Santé laissent des «  per­sonnes non assu­rées mou­rir, impuis­santes parce qu’elles n’ont pas l’argent pour payer le trai­te­ment ni / ou le coût de leurs médi­ca­ments  ».


En novembre der­nier, 10 patients atteints de can­cer étaient morts car ils ne pou­vaient pas payer les trai­te­ments. En octobre der­nier, le pré­sident de l’Union des méde­cins hos­pi­ta­liers de Grèce avait qua­li­fié de « bombe sani­taire »» la situa­tion de pénu­rie de per­son­nel dans le Système National de Santé (ESY) et dans l’Organisation Nationale des Services de Santé (EOPYY). En sep­tembre der­nier, les méde­cins dénon­çaient l’abolition des soins de santé en Grèce.


Cette semaine, un méde­cin placé en dis­po­ni­bi­lité disait : «  ils ont fermé les centres de sécu­rité sociale comme ils ont fermé l’Ert, en une nuit  ».


Ce gou­ver­ne­ment se fout roya­le­ment des ser­vices publics de santé et est en passe de les détruire, ce qui ne man­quera pas ne pas faire la une des médias, car alors que la troïka est en passe d’imposer de nou­velles mesures, la Grèce a un excé­dent budgétaire.


Au prix de tout le reste.


A lire également :

Grèce: « Une décom­po­si­tion pure et simple du sys­tème de santé »

par Angélique Kourounis dans la libre bel­gique.


Extrait :

Selon le ministre de la Santé Adonis Georgiadis, les quelque cinq cents centres de soins du pays res­te­ront fer­més un mois,  « le temps de réor­ga­ni­ser le réseau natio­nal de santé du pays » .


Les méde­cins ont occupé toute la semaine plu­sieurs centres de santé, en signe de pro­tes­ta­tion. Celui d’Aghios Dimitrios est le der­nier à résis­ter.  « Vous pou­vez vous ima­gi­ner cela en Belgique ? Pas moins de 5500 méde­cins mis en dis­po­ni­bi­lité en une nuit et, du jour au len­de­main, tous les centres de sécu­rité sociale fer­més ? Cela serait pos­sible chez vous ?  », demande Georgos Georginis.


Andonis Georgiadis n’a rien prévu pour pal­lier ce vide de soins, si ce n’est en envoyant les malades vers les hôpi­taux déjà sur­char­gés, en manque d’effectifs et sou­vent en panne de maté­riel le plus basique. Georgos Georginis s’emporte :  « S’ils vou­laient juste réfor­mer un sys­tème qui n’était pas ren­table, pour­quoi ne pas l’avoir fait en le main­te­nant ouvert ? Le pro­cédé montre que la santé publique est le cadet de leurs sou­cis, ils s’en foutent ! Le temps d’attente pour n’importe quelle consul­ta­tion, je ne parle pas des urgences, est de 8 à 10 heures » , dit-il. « Pour les per­sonnes âgées ou les sala­riés, il est impos­sible d’attendre aussi long­temps. Soit ils vont dans le privé et ils payent, soit ils ne se soignent pas ou demandent au phar­ma­cien ce qui pour­rait les sou­la­ger. Ou, dans le meilleur des cas, ils vont dans l’un des dis­pen­saires de soli­da­rité. Quelle régression ! »


La suite ici.


Source  : "les maladies comme le cancer ne sont urgentes qu'en phase avancée" déclare le ministre de la santé | Okeanews http://www.okeanews.fr/20140227-grece-cancer-ministre-de-la-sante#ixzz2uYjgsbyC 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Grece
commenter cet article

commentaires