Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 18:27

L'homme qui 

 inspira le 

 "Traité de l'Elysée"    

par Jean LEVY    


Mais qui tirait les ficelles de la politique menée par le chancelier Konrad Adenauer de 1953 à 1963, la période durant laquelle a été élaboré le fameux traité franco-allemand, dit de « l’Elysée », célébré aujourd’hui, cinquante ans après, comme le pillier de « l’amitié entre la France et l’Allemagne » ?

 

Hans Josef Maria Globke 

 

Voyons ce qu’écrit Wikipédia, sur ce personnage


Image illustrative de l'article Neue Reichskanzlei

 

Neue Reichskanzlei

 

Hans Josef Maria Globke (né le 10 septembre 1898 à Düsseldorf et décédé le 13 février 1973 à Bonn) est un juriste allemand, au service de l'État. En tant que secrétaire d'État de Konrad Adenauer, il a occupé des fonctions importantes aux premiers temps de la République fédérale d'Allemagne, mais son rôle pendant la période du national-socialisme a fait de lui un personnage controversé.


Anticommuniste et homme de réseau, il était juriste au ministère de l'Intérieur dès 1929Complice de l'idéologie nazie, il avait supervisé en 1936 les ordonnances sur les critères de « souillure raciale » du Troisième Reich.


Son rôle dans l'ère Adenauer

Dans la République fédérale, il devint sous le chancelier Konrad Adenauer chef de cabinet à la chancellerie fédérale et, à la suite des élections d'octobre 1953, il succéda à Otto Lenz, qui avait été élu au Bundestag, comme directeur de la chancellerie fédérale.


Cette fonction faisait de lui un des membres du cercle le plus restreint qui entourait Adenauer et le plus proche confident de ce dernier.


Dans l'ombre du chancelier, Globke tirait les ficelles à l'arrière-plan et était comme le pilier de cette « démocratie du chancelier ».

 

Il exerçait son influence plus particulièrement dans cinq domaines : c'est lui qui proposait à Adenauer les personnes susceptibles d'entrer au ministère et qui surveillait leur fidélité à la ligne politique, il maintenait un contact étroit avec le groupe CDU/CSU au Bundestag, en particulier grâce à ses bonnes relations avec le président du groupe, Heinrich Krone, il conseillait Adenauer dans ses décisions politiques, par exemple au cours de leurs promenades de l'après-midi dans les jardins de la chancellerie. Il était, en tant que « secrétaire général occulte » de la CDU, le point de contact central qui permettait d'avoir l'oreille du chancelier, et il administrait en dernier ressort les contributions financières qui arrivaient à la CDU, par l'intermédiaire de la « Staatsbürgerliche Vereinigung ».


Le 15 octobre 1963, quatre jours après la démission d'Adenauer et sur sa proposition, le président fédéral, Heinrich Lübke, conféra à Globke la grand-croix de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne. Il continua de conseiller Adenauer et, en particulier, il intervint dans la recherche d'un successeur à Ludwig Erhard.


Après sa retraite Globke décida de s'établir en Suisse, mais le gouvernement helvétique le déclara indésirable et l'entrée du pays lui fut interdite….


Cela n'empêche pas la classe politique française, sous la houlette de François Hollande et de son gouvernement, de célébrer avec faste cette politique, en se rendant en choeur à Berlin.

Pourquoi pas à Montoire ? 

 

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/


Partager cet article
Repost0

commentaires