Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 07:52

Pilots-of-Lufthansa-deman-008.jpg

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Depuis un mois, l'aéroport de Francfort connaît une série de grèves des agents de sécurité, pilotes, travailleurs au sol, qui ont paralysé l'activité des aéroports allemands, en particulier celui de Francfort. L'enjeu fondamental : le droit de grève remis en cause par le patronat.


 

La presse allemande a parlé de la plus grande grève dans l'histoire du secteur aérien allemand pour qualifier le mouvement des pilotes de la Lufthansa qui a perturbé pendant trois jours d'avril les aéroports allemands, faisant suite à deux autres mouvements des travailleurs au sol.

 

L'aéroport de Francfort est devenu le théâtre d'une lutte de classe intense ces dernières semaines. Francfort est officiellement le troisième aéroport d'Europe, le premier pour les correspondances internationales, un nœud vital pour l'espace aérien allemand et européen.

 

Avec 75 000 travailleurs réunis sur un même lieu, l'aéroport de Francfort est de loin la première concentration de travailleurs sur le territoire allemand, dans la première économie européenne.

 

« La plus grande grève de l'histoire du secteur aérien allemand »

 

L'affrontement a procédé par étapes. Le premier mouvement de grève fut celui des 5 000 agents de sécurité de l'aéroport de Francfort, le 22 février dernier, appelés à la grève par le syndicat des services Verdi, causant la panique sur place, annulant 90 vols.

 

Le second mouvement sera celui de tous les travailleurs au sol de l'aéroport de Francfort, on est le 27 mars, la grève est à nouveau convoquée par le syndicat Verdi, mobilisant 1 500 salariés chargés de la logistique, de la sécurité et autres opérations au sol.

 

Tous les grands aéroports sont touchés : Francfort certes mais aussi Munich, Cologne, Düsseldorf, Hambourg, Hannovre et Stuttgart. A Francfort seul, 600 avions – près de la moitié du matériel de la Lufthansa – sont restés au sol.

 

Le troisième mouvement marquera cette montée en puissance, c'est la grève de trois jours des 5 400 pilotes de la Lufthansa, entre le 1er et le 4 avril mené par le combatif syndicat de base « Vereinigung Cockpit » (VC).

 

3 800 vols ont été annulés dans les aéroports allemands, dans cette mobilisation qualifiée de plus grande grève de l'histoire du secteur aérien allemand.

 

Les pilotes de la Lufthansa réclamaient une hausse de salaire de 10 %, l'annulation du plan de recul de l'âge de la retraite de 55 à 60 ans, enfin le retrait d'un plan de licenciement de 3 500 agents de la plus grande compagnie aérienne d'Europe.

 

Arguant de la perturbation subie par 420 000 voyageurs – ayant pourtant bénéficié d'avertissements préalables, de solutions de rechange (déviation des vols, remboursement, billet de train – la presse allemande, sous pressions patronale, a lancé la guerre non seulement contre les pilotes de la Lufthansa mais contre le droit de grève en Allemagne.



La lutte autour du droit de grève en Allemagne

 

Une idée de l'attaque subie par les travailleurs du secteur aérien en Allemagne ? Il suffit de lire Bild qui fustige les privilégiés de l'air : « Qu'ils touchent 180 000 € (par an) ne leur suffit pas ? Est-ce que les pilotes ont perdu les pédales ? »

 

Ou alors Sueddeutsche Zeitung qui affirme que la « colère monte dans le pays »contre … « un groupe de nantis qui ne semblent pas trouver que leurs poches sont assez pleines ».

 

Ce matraquage médiatique a culminé dans l'estimation des « coûts » de la grève pour la Lufthansa,et donc l'économie nationale. Selon le chef des opérations de la Lufthansa, « une estimation définitive prendra des jours mais on parle d'entre 35 à 75 millions d'euros de pertes ».

 

Le président de l'association patronale pour le commerce international (BGA), Anton Boerner, a participé à l'opération d'intoxication :« C'est choquant que des gens qui touchent plus de 200 000 € par an (tiens, le chiffre gonfle!) prennent en otage les passagers, et avec eux l'économie allemande pour prendre leur retraite avant les autres ».

 

Le ton est donné, préparant l'intervention du PDG de la Lufthansa (Christoph Franz) qui a publiquement emmené le cœur du problème, lors d'un entretien accordé vendredi dans la presse patronale allemande : la remise en cause du droit de grève.

 

Selon Christoph Franz, si le droit de grève est constitutionnel, « de notre point de vue, il nous faut une garantie que les infrastructures stratégiques puissent continuer à fonctionner, un service mnimum, et cela comprend les chemins de fer et le contrôle du trafic aérien ».

 

Une intervention loin d'être anodine au moment où la grande coalition a fait passer l'idée du « tariffeinheit », l'unicité de la négociation collective contre le droit de grève, alors que la Cour fédérale du travail avait posé le principe de la « Tariffpluralitat », de la pluralité des conventions collectives, donc d'un droit à la grève reconnu à plusieurs syndicats.

 

En effet, selon le « tariffeinheit », il s'agirait de reconnaître uniquement un syndicat représentatif par entreprise, son droit à la négociation et donc à la grève.

 

Face à l'attitude collaboratrice de la DGB avec le patronat allemand, elle qui a qualifié l'accord de grande coalition d' « extrêmement positif » (!), c'est la garantie de la paix sociale.

 

Dans le même temps, la grande hantise du patronat allemand, c'est le débordement dans les bases de certains syndicats adhérant à la DGB (comme chez Verdi) ou dans certains syndicats de base, syndicats de métier particulièrement combatifs, comme ceux des cheminots ou des pilotes.

 

C'est donc au nom de la « représentativité » que le syndicat patronal en collaboration avec le principal syndicat de travailleurs, adhérent au « compromis social », vise à casser le droit de grève en Allemagne.



L'offensive patronale ne passe pas dans une population allemande paupérisée

 

Pourtant, l'offensive patronale ne passe pas en Allemagne.

 

Alors que le PDG de Lufthansa dénonce ses privilégiés de salariés et promeut son plan de coupes à hauteur de 1,5 milliards d'euros, les pilotes dénoncent la politique de « maximisation de profits » de l'entreprise qui a encore réalisé 400 millions d'€ de profits en 2013, après 1,3 milliards en 2012.

 

La population allemande soutient majoritairement le mouvement de grève. Selon un sondage réalisé par la chaîne de télévision ARD, 55 % des Allemands soutiennent la mobilisation contre 42 % qui ne la partagent pas.

 

Il faut dire que depuis dix ans la courbe des profits du grand capital allemand et celle des salaires des travailleurs allemands sont inversement proportionnelles.

 

La courbe des salaires est à la baisse. Les salaires ont baissé en moyenne de 4 % entre 2000 et 2010, une baisse de 100 €. Les bas salaires (2/3 du revenu médian) touchent désormais 23 % de la population.

 

Mais la courbe des profits est à la hausse. Le taux de marge des entreprises allemandes est passé de 37 à 41 % entre 2000 et 2012, avec un pic à 45 % en 2007. En 2013, le DAX, équivalent du CAC 40, a réalisé 104 milliards d'€ de profit. Un record.

 

Symbole de cette victoire du travail sur le capital, la part des salaires dans le partage de la valeur ajoutée a reculé entre 2000 et 2010 de 68 à 63 % du PIB.

 

Il y a de quoi comprendre que les travailleurs allemands, saignés depuis dix ans, éprouvent naturellement de la sympathie pour les « privilégiés » de l'air ou du rail.

 

Face à l'offensive patronale contre le droit de grève en Allemagne ou ailleurs, il est temps que le mouvement syndical de classe fasse front et évite les pièges de la « représentativité » et autres illusions du « dialogue social ».

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Allemagne
commenter cet article

commentaires