Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 11:09

PAR SIMON GOUIN 24 JANVIER 2014 / Bastamag .net 

 

La tension monte, à Nonant-le-Pin (Orne), où depuis trois mois, l’entrée du chantier d’une méga-décharge de déchets ultimes est bloquée par plusieurs centaines d’opposants au projet. Alors que des procédures judiciaires sont en cours, une forte pression a été mise sur les contestataires, ces derniers jours, par l’entreprise Guy Dauphin Environnement (GDE), en charge de l’exploitation du site, et les autorités publiques. 


Vendredi 24 janvier, GDE a affrété deux cars afin d’amener 80 de ses salariés à l’entrée de la décharge.

 

L’objectif : confronter les opposants à la décharge aux salariés de l’entreprise, dont les emplois et la viabilité économique seraient menacés à cause du blocage. L’entreprise a ainsi annoncé, la semaine dernière, qu’elle gelait le recrutement de 72 employés. « Du chantage à l’emploi »estime Laurent Beauvais, président de la région Basse-Normandie, qui rappelle que GDE a supprimé 80 emplois au cours des trois dernières années, dans la région. Et cela, bien avant le blocage du site de Nonant-le-Pin.


http://www.bastamag.net/local/cache-vignettes/L500xH373/1485968_575092735915636_2008543652_o-3dfcc.jpg

 

En début de semaine, les associations opposées au projet ont assuré que le préfet de l’Orne, Jean-Christophe Moraud, avait téléphoné à plusieurs élus locaux pour les prévenir de l’intervention imminente des forces de l’ordre. Il se serait « targué d’avoir reçu l’ordre express » des ministres de l’Écologie et de l’Intérieur, « d’en finir avec le blocus citoyen en envoyant les forces de l’ordre dès mardi 21 janvier au matin ». Mardi matin, de nombreux cars de CRS étaient visibles à Alençon, à 30 minutes de Nonant-le-Pin. Près de 300 opposants étaient massés à l’entrée du site.


L’entreprise GDE est une filiale française de Trafigura, une multinationale de trading connue pour ses pratiques douteuses, notamment impliquée dans une pollution aux déchets toxiques ayant causé la mort de 17 personnes en Côte d’Ivoire en 2006. GDE souhaite implanter une décharge de déchets ultimes de l’industrie automobile dans cette région normande réputée pour ses haras. C’était sans compter sur la mobilisation d’éleveurs, petits agriculteurs et simples citoyens menacés par le bouleversement d’un environnement jusqu’alors préservé (Lire notre enquête sur le sujet).


GDE refuse de rendre publiques les expertises


Finalement, l’intervention des forces de l’ordre n’a pas encore eu lieu. Mardi soir, le ministre de l’écologie Philippe Martin annonçait la nomination d’un médiateur, « dans les tout prochains jours ». Quelles seront les conditions de la médiation, s’interrogent les associations qui saluent le geste du ministre de l’Écologie, et rappellent que les procédures judiciaires se poursuivent contre GDE. Le 7 janvier dernier, la Cour d’appel de Caen a notamment indiqué que « le centre de stockage de la société GDE est de par sa nature susceptible de causer un trouble de voisinage ainsi qu’un dommage à l’environnement ». Elle a aussi confirmé les demandes d’expertises environnementales et hydrogéologiques exigées par le Tribunal de grande instance d’Argentan. Des expertises que GDE n’a toujours pas rendu publiques !


Malgré ces décisions juridiques, l’administration semble décidée à faire avancer le chantier. Pourtant, la réputation de GDE n’en finit pas d’être entachée : le 13 mars prochain, l’entreprise sera jugée pour une décharge présumée illégale de 37 000 tonnes de résidus de broyage automobile sur différents sites du Calvados. Dans cette affaire, GDE a reconnu sa responsabilité.


En savoir plus : Dans l’ombre d’un projet polémique de méga-décharge en Normandie, une multinationale à la réputation sulfureuse


Photo : Nonant Environnement

 

http://www.eng.notre-europe.eu/images/bibli/bastamag-logo.jpg_574_800_2

Partager cet article

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Environnement - Ecologie
commenter cet article

commentaires