Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 17:13

Après les affrontements particulièrement violents du week-end, les opposants au projet d’aéroport dénombrent « une centaine de blessés ».

arton20202-7dd8f.jpg

 

Des dizaines de personnes convergaient à nouveau lundi matin vers « la Châtaignerie », à Notre-Dames-des-Landes, pour soutenir les opposants au projet d’aéroport, qui ont réinvesti des cabanes évacuées vendredi 23 novembre. Une quarantaine de tracteurs sont enchaînés autour de ce terrain appartenant à un agriculteur qui n’a pas encore été exproprié.


Après un week-end de violence, les forces de l’ordre sont de nouveau intervenues sur le site pour « déblayer des gravats » d’une ferme détruite vendredi (le Rosier), selon la préfecture citée par l’AFP. Les gendarmes mobiles se sont déployés en début d’après-midi autour des « barricades du Far West », qui bloquent la route départementale D42 depuis près de trois semaines.


Au terme des affrontements violents qui ont eut lieu samedi, la préfecture de Loire-Atlantique dénombrait 4 blessés du côté des opposants et 2 parmi les gendarmes. Le cas d’un CRS blessé par un jet de pavé faisait, quant à lui, le tour des médias samedi.


L’équipe médicale de la Zad présentait, samedi 24 novembre, un bilan nettement différent. Extrait du communiqué :

« Nous avons atteint aujourd’hui un pic de violence avec une centaine de blessé(e)s, dont une trentaine graves pris en charge à l’infirmerie de l’équipe médicale établie à la Vache rit, l’une des nombreuses équipes de soins sur la zone.

On dénombre une vingtaine de personnes touchées par des éclats de grenades assourdissantes, aux jambes, aux bras, à la lèvre, au bas-ventre. Ces bouts métalliques ou plastiques entrent dans les chairs, on peut rarement les extraire, et ils restent souvent à vie.

NDDL-650-ARTICLE-679e6.jpg

Les grenades assourdissantes sont censées être utilisées selon un protocole précis : notamment en cas d’encerclement des forces de l’ordre, et en direction du ciel, ce qui n’était clairement pas le cas aujourd’hui. Les gendarmes mobiles les utilisent de façon à ce qu’elles explosent à côté ou sur les manifestants, provoquant des blessures graves.


Une personne a été touchée au bas-ventre par un éclat d’une de ces grenades offensives, provoquant un gros hématome et des lésions internes. On constate chez deux personnes 10 impacts chacune dans les jambes. Une personne risque de perdre son œil droit. On constate également une plaie au tympan due à un tir de grenade, provoquant une surdité brutale. Suite à des tirs tendus de flashball, on dénombre quatre blessures au thorax, avec fractures de côtes et état de choc, de multiples blessures aux jambes et aux mains, une blessure hémorragique au visage. » (Lire en intégralité)


Le bras de fer continue

Au niveau politique, le blocage est total. Samedi, le gouvernement proposait la constitution d’une« commission de dialogue » et un report de six mois des travaux de défrichage qui devaient commencer en janvier, tout en réaffirmant que le projet suivrait son cours : il ne s’agit « aucunement de revenir sur le projet d’aéroport », indiquait dimanche Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, sur Radio J. Les discussions ne porteront que sur l’aspect écologique du projet. Le projet « se fera (...) dans tous les cas de figure », promettait encore Frédérique Espagnac, co-porte-parole du PS, lors du point presse hebdomadaire du parti, lundi matin.


Les opposants au projet ont rejeté cette proposition, en faisant du retrait des forces de l’ordre un préalable à tout dialogue avec les pouvoirs publics.

Mise à jour, lundi 26 novembre à 17h

 Source: Politis.fr

 


 VIDEO 1: Zone à défendre - 25 novembre 2012 - Notre-Dame des Landes
Sur le site de la Châtaigneraie, on se barricade et on échange.
Philippe, Michel Tarin, Christian Grisolet, Nicolas de la Casinière et bien d'autres parlent de la lutte qui s'intensifie.
Echanges avec les gendarmes, récit des violences, manif nantaise de la veille.


 Vidéo 2 : 

par Johann Rousselot

Le projet d'aéroport du Grand Ouest, un partenariat public-privé avec la société Vinci, a été controversé dès sa naissance en 1970. Il a donné lieu au conflit dit de Notre-Dame-Des-Landes. Les opposants sont des paysans, des résidents, des militants de tous bords, auxquels se sont joints il y a trois ans de nombreux jeunes anti-capitalistes qui occupent la zone en bâtissant des lieux de vie alternatifs, cabanes, jardins potagers, etc...

Tous dénoncent un projet inutile, mégalomaniaque, et qui serait en outre un terrible destructeur de la zone humide du bocage nantais. Les zones humides sont protégées par l'Union Européenne, et c'est sur ce recours juridique que les opposants misent beaucoup d'espoir. L'occupation et la défense physique de ce territoire par les Zadistes (de ZAD, Zone A Défendre) est surtout symbolique, tant les moyens mis en œuvre par l'Etat depuis la mi-octobre 2012 sous l'opération "César" sont lourds.

Cependant, la résistance est plus forte que ne l'avaient imaginé le pouvoir en place. Cette opération est censée déloger ceux que les autorités assimilent de manière volontairement réductrice à des marginaux anarcho-autonomes qui ne pensent qu'à en découdre avec la police. Pour la plupart jeunes, ne trouvant pas leur place dans la société, face à des difficultés financières souvent inextricables, récusant la société de croissance perpétuelle, ils avaient souhaité expérimenter ici des lieux de vie alternatifs, auto-gérés, hors du système. Finalement tout autour s'agglomère une foule hétéroclite ainsi que des combats écologiques et sociétaux dépassant largement l'aspect local de cette lutte, livrant une guerre d'usure contre la logique développementiste globale.


Partager cet article

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article

commentaires