Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 07:04

  par  / Blog Autrement vu 

 

                 Le redressement et ses revers.

 

http://autrementvu.files.wordpress.com/2014/02/le-ministre-du-redressement-productif-arnaud-montebourg-a-l-assemblee-nationale-le-13-novembre-2013_univers-grande.jpg?w=640

 

Les annonces ne cessent de se suivre; on brade, on casse, on ferme, on liquide à tour de bras dans notre beau pays qui envisage un jour de sortir de la crise. Heureusement, nous avons un ministère du redressement national ! On se demande aisément ce qu’il serait advenu sans ce merveilleux emplâtre sur une jambe de bois …

 

Mais le temps n’est pas à la critique des agitations vaines et pitoyables de notre bon bourguignon de service en marinière. Il est d’usage de ne pas tirer sur une ambulance, surtout si celle-ci tient davantage encore du corbillard de première classe. Nous n’avons plus que nos yeux pour pleurer la grandeur de notre pays et le redressement relève désormais de la méthode Coué

 

Ce qui m’exaspère au plus haut point c’est que nos chers médias continuent d’appeler « Plan social » une calamité qui ne mérite aucun des deux termes de cette formule creuse et déshonorante pour ceux qui en sont les victimes. Il me semble qu’un plan a toujours été destiné à construire quelque chose où à fixer une direction, une perspective d’avenir.

 

Où avez-vous vu la plus petite promesse de lendemains heureux dans cette kyrielle de mauvaises nouvelles ? Où sont les projets pour les pauvres ouvriers à qui l’on envoie cette maudite lettre de licenciement ? Quel destin pour ces sacrifiés de la conjecture, de la bourse et de l’économie libérale ? Ce mot plan est une insulte, un déni collectif de l’horreur réelle qu’il implique. Il serait grand temps d’appeler un chat, un chat et un coup tordu, une mauvaise nouvelle, une abomination, une saloperie sans nom.

 

Quant à ce « social » qui est censé adoucir la dureté de la réalité, il y a bien longtemps qu’il a perdu toute signification. On peut d’ailleurs avoir une petite idée de la perte de sens quand on observe que le gouvernement actuel se prétend socialiste. Il serait grand temps de penser une nouvelle définition pour ce mot désormais sans saveur, sans espoir, sans générosité ni ambition. Le « social » est mort; seule l’économie préoccupe nos élites.

 

Alors cessez donc d’égrener à longueur d’antenne ces plans sociaux qui ne s’inscrivent que dans un seul dessein: faire de ce pays un désert industriel. Osez les formules qui tuent : « Une nouvelle charrette de condamnés sociaux est annoncée en Bretagne ». « L’industrie agro-alimentaire prévoit une autre coupe sombre et élimine du marché de l’emploi quelques milliers de sacrifiés ». « Le fabricant d’appareils électroménager organise un grand sacrifice humain qui touchera huit cents condamnés ».

 

Les catastrophes ressembleraient davantage à ce qu’elles sont vraiment: une mort à petit feu pour des familles entières qui vont progressivement renforcer l’immense masse des pauvres, des laissés pour compte, des exclus du partage. Car, tout va leur tomber sur la tête; le chômage d’abord, l’absence d’emploi de substitution ensuite, la disqualification par l’âge et le manque de diplôme, la perte des ressources, la dévaluation de la valeur d’une maison qu’il sera impossible de vendre dans une région sinistrée …

 

Tous les problèmes s’accumulent, la morosité, la pauvreté, la solitude, l’oisiveté, la honte et maintenant les insultes des gens qui travaillent, qui méprisent les assistés, qui refusent de participer à la solidarité nationale. Les mêmes qui s’enrichissent sur cette casse orchestrée, refusent leur obole pour en financer les conséquences humaines. Ce monde est fou et devient une jungle impitoyable.

 

Alors, de grâce, envoyez aux oubliettes cet oxymore honteux. Un licenciement n’a rien de social, ne relève d’aucun plan. C’est une défaite, un échec collectif, une catastrophe qui ne touche pas que les pauvres destinataires de lettres recommandées. Nous devons tous nous sentir concernés, responsables et solidaires.

 

Nous devons changer ce modèle économique qui privilégie des rentiers inutiles au détriment des travailleurs. Commençons par refuser les expressions anesthésiantes, les mots qui font illusion, les cautères impuissants. Ce sera un premier pas vers une prise de conscience collective de l’état réel d’une économie abandonnée à la folie d’un système inhumain.

 

 

Lexiquement vôtre.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR
commenter cet article

commentaires