Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 22:06

Vendredi 27 décembre 2013 

La manifestation des pompiers devant la Préfecture de l'Isère a tourné à l'affrontement avec les forces de l'ordre ce vendredi matin. Un pompier a été gravement blessé à l'oeil par une balle de gomme-cogne tirée par les CRS. Une enquête judiciaire est ouverte pour déterminer les circonstances du tir. Le blessé devrait déposer plainte dès que son état de santé le permettra.

http://www.francebleu.fr/sites/default/files/imagecache/462_ressource/2013/12/27/1142520/images/20131227-151753.jpg

Une balle de gomme-cogne tirée sur les pompiers devant la Préfecture de l'Isère ce vendredi matin Léopold Strajnic © Radio France

 

Un pompier a été gravement blessé ce vendredi matin place de Verdun à Grenoble lors de violents heurts entre 84 CRS et 150 pompiers qui manifestaient.

Le blessé a reçu une balle de gomme-cogne ou un débris de grenade lacrymogène et risque de perdre son oeil.


Les pompiers manifestaient devant la Préfecture de l'Isère où se tenait un Conseil d'Administration du SDIS, le Service Départementale d'Incendie et de Secours. Le CA où a été voté le budget 2014 du SDIS s'est tenu en Préfecture à la demande des élus pour bénéficier de la protection des forces de l'ordre suite aux précédentes manifestations qui avaient déjà dégénéré. 


Une délégation de 6 pompiers a été reçue par le Préfet et le Président du SDIS. Une nouvelle réunion est prévue le 8 janvier.

 

Le conflit porte sur l'augmentation du temps de travail imposée par le Conseil Général sans augmentation de salaire (les pompiers devraient travailler 67 heures de plus par an et par personne, selon la CGT).

 

France Bleu 

témoignage de David Dubois pompier à Vienne (Isère)   >>> link

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans La lutte des classes
commenter cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 20:29

http://www.polemixetlavoixoff.com/wp-content/uploads/2013/12/CNR-Programme-et-Comit%C3%A9.jpg

 

Une heure avec Anne-Cécile Robert,
Docteur en Droit Européen. Journaliste au Monde Diplomatique.

Le Programme du Conseil National de la Résistance :
C’est plus que jamais possible !

En 1945, c’est dans une France ruinée que le CNR crée
la Sécurité Sociale, les retraites, des lois sociales et économiques.
Aujourd’hui, on nous dit qu’il n’y a plus d’argent.


Or, la France est le 5ème pays le plus riche du monde…


 Anne-Cécile Robert a donné une conférence à Tours le 22 novembre 2013, à l’invitation des amis du Monde Diplomatique, sur le thème ’L’Europe détruit-elle les acquis du Conseil National de la Résistance ?"

A cette occasion, elle a donné un entretien à Radio Béton, une Radio associative locale. On peut écouter celui-ci par le lien suivant : link

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Conférence - débat
commenter cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 08:15

ujce-abort.jpgLes jeunes communistes espagnol(e)s dénoncent la remise en cause de l'avortement et sa « privatisation » larvée

 

 

Communiqué de l'Union des jeunes communistes d'Espagne (UJCE)

 

Traduction pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/(repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/)

 

La contre-réforme de la Loi sur la santé sexuelle et l'Interruption volontaire de grossesse est déjà actée. Avec l'adoption de cette loi, de la part du Conseil des ministres, on piétine de nouveau les droits sexuels et reproductifs des femmes.

 

Le gouvernement du Parti populaire (droite) vise à changer la loi en vigueur sur les délais, elle devrait être plus régressive et restrictive que la loi de 1985.

Quels vont être les nouveaux changements, et que vont-ils signifier ?

D'une part, cela va signifier la fin des délais qui donnent accès à la libre interruption de grossesse des femmes jusqu'aux 14 semaines et à avorter pour les mineurs de 16 et 17 ans sans nécessité d'autorisation maternelle/paternelle, remettant en cause notre capacité de décision sur nos vies.

Une décision qui, selon une étude des Nations unies, est plus que solide, puisque les adolescentes ont les capacités suffisantes pour prendre ce genre de résolution, tout comme sur toutes les questions portant sur leur avenir et tout ce qui affecte leur vie.

Il est également mentionné des cas portant sur l'intégrité du fœtus et la mise en péril de la vie de la mère.

Les cas de malformation pourront être différenciés en deux classes : les incapacités physiques et la malformation grave ou incompatible avec la vie. C'est-à-dire, que l'on permettra l'interruption de grossesse uniquement dans le deuxième cas.

Cependant, nous ne croyons pas que le débat doit être de savoir si la malformation est grave ou légère, mais plutôt sur où et de quelle manière on défend les droits les plus fondamentaux des femmes.

Nous sommes sujets de droit, capables d'exprimer un avis, de choisir et d'agir librement face aux décisions concernant nos vies.

Toutefois, c'est un retour en arrière, à des temps où on nous considérait comme des mineures, incapables de prendre nos décisions, à cause d'une législation adoptée par des hommes et par l’Église catholique.

Cela nous conduit à une autre des grandes incertitudes qui se trouve derrière cette réforme : qui exercera la responsabilité d' « approuver » l'accès d'une femme à l'avortement ?

Si actuellement, il fallait déjà surmonter les démarches auprès d'une série de professionnels, il semble que désormais le gouvernement pourra encore compliquer la phase bureaucratique, exigeant des critères et des signatures de plus de professionnels liés aux cliniques où se pratiquent les avortements et créant des comités détachés des hôpitaux publics,favorisant ainsi la réalisation de l'avortement dans le domaine privé et, par conséquent, à la portée des femmes bénéficiant de plus de ressources économiques.

 Les critères sur lesquels repose cette loi trouvent leur origine dans les valeurs patriarcales les plus archaïques.

Tous ces changements ne vont signifier qu'un recul plus brutal pour la santé physique et psychologique des femmes, vu que se soumettre à l'interruption de grossesse résultera d'un processus encore plus fastidieux et interminable.

 Cela forcera même un grand nombre de femmes, en majorité immigrées et en situation irrégulière, à pratiquer l'avortement dans des cliniques privées, et dans de très nombreux cas clandestines.

Par conséquent, nous Union des Jeunesses communistes d'Espagne, exigeons :

 

Que le fait d'être mère soit un choix ;

 

  • L'avortement libre et gratuit, c'est-à-dire, dans le système de santé public, que l'on ne mette pas en péril la vie des femmes, qu'on ne pose pas les tests psychologiques comme condition, sans autorisation de personne ni temps de réflexion préalables ;

 

  • Une réforme du système éducatif qui favorise l'éducation sexuelle, encourageant l'utilisation de méthodes contraceptives, qui réaffirme les femmes comme des égaux et, par conséquent, comme des sujets de plein droit, avec capacité de décider de leur corps et de leur vie.

 

 

Dans nos utérus et dans vies, c'est nous qui décidons !

 

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Espagne
commenter cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 07:39

Competitivite-cout-du-travail.jpg

 

 

Le Premier Ministre vient de saisir le Haut Conseil du financement de la protection sociale d’une mission de réflexion sur les « modalités envisageables de réduction des prélèvements sociaux pesant sur le coût et les revenus du travail ».

 

Le Haut Conseil devra présenter,  en mai 2014,  des propositions à articuler à « la remise à plat de la fiscalité que le gouvernement a engagée». Elles s’ajouteront  à celles du Crédit d’impôt compétitivité emploi ‘(CICE) qui ont d’ores et déjà baissé le coût du travail de 20 milliards d’euros par an.


L’accord sur la formation professionnelle du 14 décembre prévoit  lui aussi la diminution  de 0,6pt des cotisations payées par les employeurs.

En outre, si  en application de la récente loi Ayrault, les cotisations retraite des salariés comme des patrons vont chacune augmenter de 0,15 point,  pour les patrons l’augmentation sera intégralement compensée par la baisse équivalente de la cotisation de la branche famille, prise en charge par l’État au moyen d’une hausse de la TVA.


Ce financement de la protection sociale par l’impôt au lieu de cotisations assises sur le seul salaire avait déjà présidé à la création de la CSG et correspond à une vieille revendication du MEDEF.

C’est aussi la conception de l’OCDE et de l’Union européenne qui assimilent d’une part impôts et cotisations, d’autre part dépenses de l’État et dépenses des organismes de sécurité sociale.

 

Côté syndical, FO et CGT critiquentl’objectif de remise en cause du financement par les cotisations de l’assurance-maladie et des prestations familiales, tandis que CFDT, CFTC et CGC y sont favorables.

 

 

Source : 

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Politique
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 23:03

http://www.rougemidi.org/IMG/jpg/fralib-2.jpg

 

De CGT éléphant vivra 


Les salariés de Fralib en lutte depuis 1103 jours viennent de passer leur 4ème réveillon de résistance contre la multinationale UNILEVER !!!  


Une bande de Saltimbanks leur ont offert un magnifique cadeau qu’ils veulent partager avec tous ceux qui les soutiennent depuis plus de 3 ans !!!

 

 

 

A écouter sans modération !!!

 

 


 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans La lutte des classes
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 22:27

 

 

 

Je me souviens de la lutte des classes. Qu'il fallait se battre pour survivre, pour sauvegarder un peu de dignité, pour arracher quelques miettes au gâteau qu'ils voulaient garder pour eux, alors que nous avions sué sang et eau pour le faire. Ils disaient que nous prônions la lutte des classes, que c'était très mal de dresser les citoyens les uns contre les autres, que les riches ne pensaient qu'à augmenter la richesse de tous et qu'ils prêtaient même de l'argent aux pauvres pour qu'ils puissent, eux aussi, avoir tout le confort moderne, ils défendaient l'alliance du capital et du travail !!! Autant dire de la carpe et du lapin...


Je me souviens de la dénonciation des multinationales qui, par-dessus les frontières, réalisaient des bénéfices qui dépassaient parfois le PIB de certains pays, qui dictaient aux gouvernements des mesures qui leur étaient favorables, qui s'arrangeaient pour ne pas payer d'impôts. Ils disaient que nous nagions en plein fantasme : pourquoi ne pas dénoncer les 200 familles, tant que vous y êtes! Ringards, passéistes, inaptes à comprendre les lois élémentaires et naturelles de l'économie politique. Eux-mêmes donnaient beaucoup d'argent aux économistes pour qu'ils énoncent "scientifiquement" les dites lois.


Je me souviens des valets du capitalisme qui mettaient toute leur énergie et leur intelligence au service des capitalistes; lesquels les récompensaient généreusement en leur offrant des prébendes juteuses. Mais ils disaient que la pensée est libre et que c'est du totalitarisme que de dénoncer les théories brillantissimes des essayistes affairistes ; d'ailleurs, ce n'est pas de leur faute, disaient-ils, si les élèves les plus brillants sortents des lycées les plus huppés et entrent dans les plus grandes écoles, ils ne vont quand même pas mettre leurs enfants dans des quartiers suburbains.


Je me souviens de l'idéologie dominante qui empoisonnait les esprits dès leur plus jeune âge, grâce à la complicité des principaux medias et des organisateurs des jeux du cirque ou du stade ; mais c'est nous qu' ils traitaient d'idéologues et qu'ils accusaient de faire de la propagande quand nous distribuions quelques malheureux tracts. ou que nous osions contester leur(bon) droit.


Je me souviens de la dictature du prolétariat - le mal absolu - même Marchais (mais qui s'en souvient ?) l'avait supprimée. Ils disaient que c'était la plus sanglante qui soit, ils tremblaient d'indignation à l'idée que des prolos puissent être aux postes de commande, ils se délectaient des crimes du stalinisme soviétique qui en donnait l'image la plus immonde - et en cela ils n'avaient pas tort mais s'exonéraient du même coup des crimes qu'ils accomplissaient au nom de la liberté.


Je me souviens du rêve révolutionnaire. Rêve révolu...


Je me souviens de Marx.


Avez-vous oublié, mes camarades, ces outils qui nous permettaient d'être en prise avec le réel et de mener des combats qui n'étaient pas tous inutiles ? vous les avez laissé tomber et en même temps vous vous êtes faits à l'idée que les choses étaient ce qu'elles sont parce qu'elles ne peuvent pas être autrement.

 

Des riches et des pauvres. Des riches toujours plus riches. Des pauvres toujours plus nombreux et toujours plus pauvres. Plus de classe ouvrière. Plus de syndicats ouvriers. Plus de parti ouvrier. Plus de projet commun, mais la défense obtuse de quelques avantages acquis


Eux n'ont pas oublié, je vous l'assure. Ils n'ont pas oublié leur frousse à l'idée qu'ils pourraient tout perdre. Et tout ce qui leur avait été arraché, par de rudes combats, vous vous souvenez ? les congés payés ! la sécurité sociale ! la retraite par répartition ! etc. ils sont bien décidés à le casser définitivement, histoire de vous, de nous ôter une fois pour toutes l'envie de changer le monde.


La lutte des classes, ils ne l'ont pas oubliée et entendent bien la mener jusqu'à son terme. Les multinationales, ils ne les ont pas oubliées mais simplement dissimulées derrière les oripeaux de la mondialisation.

L'idéologie dominante, ils ne l'ont pas oubliée et ils ont su faire le nécessaire pour qu'elle domine encore plus tôt et encore plus les esprits. La dictature, ils ne l'ont pas oubliée non plus ; ils se sont seulement assurés qu'eux seuls et leurs maîtres seraint en mesure de l'exercer. La révolution, ils ne l'ont pas oubliée non plus et dès qu'en un pays elle pointe le bout de son nez, voyez leur visage devenir grave , entendez-les appeler au respect de ce qui est le socle même de leur pouvoir - l'argent, les ressources pétrolières etc.


Que faudra-t-il donc pour que vous retrouviez votre mémoire ? Pour que vous retrouviez votre fierté ?

 

 

 

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans La lutte des classes
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 21:45

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/40/Il_quarto_stato_(Volpedo).jpg          Peinture de Giuseppe Pellizza1901.

 

 

 

Par le Front Syndical de Classe 

http://idata.over-blog.com/3/06/23/69/logo-FSC.jpg

 

 

De divers côté des luttes s'annoncent afin de faire face à la dégradation générale de la situation et afin que les travailleurs passent à l'offensive.


  • Il y a l'appel confédéral de la CGT pou le 6 février pour les salaires, les emplois, les conditions de travail, la protection sociale et le service public.


  • Il y a l'appel de la fédération CGT des Bouches du Rhone à une manifestation contre l’austérité, pour les salaires, l’emploi et la protection sociale LE SAMEDI 18 JANVIER 2014


  • Il y a l'appel de la CGT, de Solidaires et de la CNT dans le Pas de Calais pour un rassemblement Grand Place Béthune le 15 janvier dénonçant combativement l'acart qui se creuse entre les 9 millions de précaires d'un côté et de l'autre les 40 milliards dont se gavent les actionnaires!


D'autres initiatives sont sans doute en préparation unissant tous ceux qui veulent se battre, les organisations de base de la CGT n'hésitant pas par ailleurs à prendre des initiatives et à s'adresser aux travailleurs, sans s'en remettre aux états-majors et sans illusion sur les vertus d'un soit-disant "syndicalisme rassemblé".


les textes d'appel à ces manifestations :

______________________________


Le bassin minier du pas de Calais :


Union de luttes intersyndicale du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais

Contact : intersyndicale.bmo@gmail.com

 

****


Mercredi 15 Janvier 2014


Grand ’Place de Béthune


BASSIN MINIER DEBOUT !


NE SOYONS PAS DES MOUGEONS ! (*)


17H00 : MANIFESTATION :


SOYONS NOMBREUX !


Hausse du nombre de chômeurs et précaires, augmentation du SMIC de 1.1% (12 euros) et de la TVA (20%), des délocalisations qui menacent et des privatisations programmées…

 

Alerte au grisou antisocial !


Lors de la manifestation du 4 décembre 2013, nous annoncions un chiffre terrible, le nombre de chômeurs et précaires dans notre Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais frôle les 50 000.


Une moyenne du taux de chômage à 15% avec des zones à 50%, ce qui représente 8% de tous les chômeurs inscrits à Pôle-Emploi dans la région Nord-Pas-de-Calais, des milliers ont été radiés, près de 800 000 heures de chômage partiel, des dizaines d’entreprises menacées en 2014…


Notre alerte au grisou antisocial n’a rien d’une menace en l’air ni d'un délire syndical !


Pour lutter contre ce fléau qui mine nos vies et qui inquiète nos familles, la seule solution est notre unité dans les mobilisations des travailleurs qu’ils soient avec ou sans emploi, retraités, du public et du privé, jeunes futurs travailleurs et petits patrons indépendants qui ont tenté l’aventure.


Ce ne sont ni les syndicats (comme le prétendent la droite, le centre et l’extrême-droite) ni les travailleurs qu’ils soient français ou étrangers qui ferment les usines, créent le chômage et affaiblissent le service public, ce ne sont pas eux qui précarisent les emplois et réduisent le pouvoir d’achat, ni eux qui délocalisent les productions vers des pays à bas coût ou privatisent !


En 2013, les actionnaires toucheront plus de 40 milliards d’euros en dividendes après que les grandes entreprises aient été exonérées de 30 milliards d’euros sur les cotisations sociales (le Medef en demande 100), elles ne paieront que 4% d’impôts et plus de 80 milliards s’envoleront vers les paradis fiscaux.


En 2014, moyennes et grandes entreprises percevront 20 milliards en aides à la compétitivité, payées par le passage de la TVA à 20%, ils sont à  ajouter aux 30 milliards d’exonérations fiscales sur les bas salaires (1.6 x le SMIC).


Depuis 20 ans, 400 milliards de réduction des cotisations sociales + 1000 milliards d’évasion fiscale… soit la soi-disant dette de l’État.


Aujourd’hui, patronat et politiciens de droite, d’extrême-droite, du centre et de la majorité, l’Europe, les banquiers, les parvenus…considèrent que la France fait trop de social donc qu’elle ne favorise pas l’emploi…



Certains  surfent sur cette vague populariste nauséabonde, considérant que 1035 euros (8 euros par jour, allocations familiales comprises) de RSA pour 4 personnes, c’est encore trop, voyant les chômeurs comme des nantis, faisant observer qu’il y aurait trop de fonctionnaires…

 


En fait, la stratégie des capitalistes est de faire admettre que le coût du travail est trop cher en France. Ils veulent masquer le coût du capital qui compresse les salaires et créé les licenciements. Ils ne veulent pas rembourser la dette qu’ils ont eux-mêmes créé en ne payant pas leur part !


C’est un véritable apartheid social qui se met en place pour diviser les travailleurs et réduire les droits des populations les plus précarisées et les plus attaquées.


Qui peut accepter cela sans broncher en étant certain qu’il passera au travers des mailles ? Qui accepterait un Smic à 850 euros, 48h et 6/7 jours et sans contrat de travail, en payant les soins et l’école, le tout sans congés payés ni retraite assurés ?


Retour à Germinal ?


Bien sûr, ils, les millionnaires avides de luxe et de profits, les conservateurs bien au chaud et bien payés, les valets bénis oui-oui corrompus, les serviteurs technocrates engraissés, les barons bien-pensants, les privilégiés chouchoutés du capital… diront de nous que nous sommes des démagogues et des doux rêveurs… ils diront qu’un autre monde est impossible et que ce modèle est le mieux adapté !


Mais les salariés du privé et du public, les chômeurs, les précaires, les retraités… les jeunes et les travailleurs indépendants… inquiets pour leur présent et leur avenir, n’ont-ils pas intérêt au progrès social et humain, à s’unir contre eux, pour qu’enfin leur peur au quotidien change demain de camp ?


Nous ne pouvons pas abandonner !


Nous ne pouvons plus reculer !


Les causes de cette colère qui monte nous emmènent vers de graves conséquences pour nos droits, pour la démocratie et la liberté.


En sonnant cette alerte au grisou antisocial qui menace notre Bassin Minier, nous appelons l’ensemble des populations concernées à se lever et à se serrer les coudes pour faire face au pire et pour éviter le pire.


Aussi, ce qui serait encore plus injuste, c’est de laisser aux futures générations, moins de droits, de démocratie et de liberté, alors que nos anciens les ont acquis par leurs luttes et leur détermination à vivre mieux ensemble.


Personne ne peut accepter le recul social et sociétal que veulent nous imposer les parasites de la finance pour qui un euro vaut plus qu’une vie humaine.


Nous ne pouvons pas échouer, nous devons tirer le mouvement social par le haut pour plus de justice et de partage des richesses. Nous devons exiger une autre politique sociale pour le peuple, et plus de contrôles stricts des  /nervis de la finance et du grand patronat, donc plus pour nous.


C’est ensemble que nous gagnerons nos légitimes et honnêtes revendications qui doivent être entendues par les politiciens et les patrons.


BASSIN MINIER VIVRA !


BASSIN MINIER VAINCRA !

 

(*)le mougeon c’est un mi mouton mi pigeon

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans La lutte des classes
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 07:43

euro-greece



Article d'Arnold Schultzer, pour Junge Welt (journal communiste allemand)

 

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Noël 2013 dans l'UE : lundi, la chancelière allemande Angela Merkel est à la une, à St-Moritz, pour deux semaines de vacances.

 

 

Le même jour, l'information nous parvient qu'en Grèce, après les dernières mesurées dictées par Berlin, votées la semaine dernière au Bundestag à la fois par le SPD et la CDU/CSU, dans 6 000 entreprises grecques, la prime de Noël est supprimée, ou leurs employés contraints de faire un faux témoignage, pour dire qu'ils ont reçu la prime.

 

Pour les retraités grecs, la prime de fin d'année est déjà supprimée depuis le début de la crise.

 

De longues queues se formaient lundi devant les sièges des bureaux de perception, de plus en plus de gens déclarent se séparer de leurs voitures.

 

Et le ministre de la Santé Adonis Georgiades a tiré la sonnette d'alarme parce que les pauvres, désespérés, se chauffent désormais avec du bois et que la pollution de l'air a pris des proportions alarmantes dans presque toutes les villes du pays.

 

Ce n'est pas la pauvreté qui l'inquiète, mais les particules d'air, le ministre ! S'il y a trop de particules, il n'y a qu'à mettre l'électricité à peu de frais à disposition des chômeurs et des pauvres qui en ont besoin.

 

Toutes les familles avec moins de 12 000 € devraient y avoir le droit. Chaque enfant supplémentaire élèverait la limite de 3 000 €.

 

Depuis 2009, le revenu en Grèce a diminué en moyenne, selon les syndicats, de près de 40 %.

 

Cependant, l'article 107 de la Constitution grecque n'a pas bougé : il garantit aux armateurs du pays une exemption d'impôt.

 

C'était le 6 décembre dans le Suddeutsche Zeitung : « Au début du mois de novembre, le gouvernement a forcé les armateurs à mettre la main à la poche pour la première fois, dans le cadre d'un nouveau plan d'austérité, à hauteur de 140 millions d'euros. »

 

Ils devraient s'en remettre. Cela correspond à un millième des bénéfices qu'on fait quelque 700 familles dans le années 2000.

 

3760 navires appartiennent à des armateurs grecs, mais seulement 862 sont sous pavillon grec. Les bénéfices issus de la navigation internationale sont exemptés d'impôt, les navires grecs sont imposés selon une loi de 1957 non en fonction des gains, mais d'après le tonnage.

 

Les putschistes fascistes à la solde de l'OTAN avaient inscrit cette exemption fiscale dans la Constitution.

 

L'argent grec a ensuite été placé soit en Suisse soit dans l'immobilier, en Allemagne ou en Grande-Bretagne. Il est là bien au chaud, chez les Merkel and co.

 

Sinon les données publiées lundi parlent d'elles-mêmes : selon les estimations de l'industrie automobile, on constate une perte d'un million de véhicules depuis 2009.

 

De janvier à novembre, les nouvelles immatriculations ont chuté de près de 40 %, pour atteindre les 55 000 véhicules. Il s'agit de la plus forte baisse au sein de l'Union européenne.

 

Dans une interview accordée à Bild, l'ancien chancelier Helmut Schmidt (SPD) a mis en garde, lors de son 95 ème anniversaire lundi, la crise de l'UE et de ses institutions rattrapera l'Allemagne l'an prochain « et mettra toutes les autres questions de côté ».

 

Il faudra un allègement de la dette de la Grèce, l'économie ne pourra pas être sauvée autrement.

 

 

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Grece
commenter cet article
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 14:49

http://www.cinema-contis.fr/Photos/_300lumi%C3%A8resnoires.jpg

 

En septembre 1956, à la Sorbonne, s'est tenu trois jours durant le premier colloque des intellectuels et artistes noirs. Aimé Césaire, Alioune Diop, Léopold Sédar Senghor, Richard Wright ou Frantz Fanon y ont notamment côtoyé Jean-Paul Sartre, Claude Lévi-Strauss, René Depestre, Edouard Glissant ou James Baldwin.


Le réalisateur américain Bob Swaim revient sur les circonstances de la tenue de ce colloque et explique pourquoi les grandes puissances de l'époque - la France, les Etats-Unis et l'URSS - ont tout fait pour le perturber, en dénigrer les conclusions et en étouffer la portée. Des images d'archives et le récit de certains participants illustrent le propos.

 

 

 

 


 

 

http://aftamgram.files.wordpress.com/2009/11/affiche-pablo-picasso.jpg?w=202&h=300

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Films - Docs
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 22:38

 

Le parlement vient d’autoriser J.-M. Ayrault à gouverner par ordonnance dès janvier pour « simplifier » les obligations administratives des employeurs en matière comptable, fiscale et sociale. L’article 38 de la Constitution de Ve République (1), permet effectivement la dévolution directe du pouvoir législatif à l’exécutif. Pour P. Moscovici, ministre des finances, il s’agit d’une « thérapie de choc pour une France malade de sa complexité réglementaire ».


Le projet de loi qui habilite le gouvernement à légiférer par ordonnance met en oeuvre les conclusions du rapport Mandon (2) du 2 juillet dernier, et doit permettre – lit-on sur le site du gouvernement – « d’amplifier la démarche engagée fin 2012 par le gouvernement, dans le cadre du Pacte de compétitivité de croissance et d’emploi ».


Le processus choisi est à tiroirs. Les ordonnances confient le pouvoir législatif au gouvernement. Le gouvernement délègue ce pouvoir à « un responsable identifié du programme de simplification à destination des entreprises [qui] peut prendre la forme d’un "délégué interministériel de la simplification pour les entreprises" ou de toute autre forme qui lui donnerait la double légitimité vis-à-vis de l’administration et vis-à-vis des entreprises. »


 Le « responsable identifié » met enfin en place « un outil spécifique, dédié  à la simplification pour les entreprises, conçu comme (…) un espace de travail collaboratif où, dans le cadre des réunions des  différents groupes-projet, les administrations et les entreprises contribuent ensemble à la définition, à la mise en œuvre et au suivi des chantiers de simplification. »

(1) Constitution de la Ve République – texte en vigueur -ARTICLE 38. Le Gouvernement peut, pour l’exécution de son programme, demander au Parlement l’autorisation de prendre par ordonnances, pendant un délai limité, des mesures qui sont normalement du domaine de la loi. Les ordonnances sont prises en conseil des ministres après avis du Conseil d’État. Elles entrent en vigueur dès leur publication (…)
(2) Mieux simplifier « La simplification collaborative » – le rapport de synthèse est ici

 

 Source  : 

 

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Politique
commenter cet article