Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 20:25

http://www.lamontagne.fr/photoSRC/W1ZTJ1FdUTgIBhVOGwYSHgYNQDUVGFdfVV9FWkM-/photo-prise-le-07-aout-2013-a-lille-de-figurines-posees-deva_1305211.jpeg

 

 

 

Mardi 22 octobre le budget 2014 est voté par l’Assemblée nationale.

 

Il est soumis à une double contrainte dictée par le traité européen dit de stabilité : réduire les dépenses publiques afin de ramener le déficit à 3,6% en 2014 et diminuer les impôts pour les patrons afin, dit le gouvernement, d’augmenter la compétitivité des entreprises.


L’éco-taxe, suscite la colère des agriculteurs : elle frappe le transport sur les routes, mais pas sur les autoroutes, ainsi un produit importé par bateau et transporté par autoroute payera aucune taxe écologique alors qu’un produit transformé et consommé sur une courte ou moyenne distance sera taxé.


Le passage de la TVA au 1er janvier de 7 à 10% et de 19,6 à 20% frappera lourdement tous les consommateurs, le transport et certains services publics.

 

En 2012 la TVA est déjà passé pour le ramassage des ordures ménagères de 5,5 à 7%, ainsi les maires protestent car la taxe de ramassage va être en 2 ans augmenté de 4,5 points, et ne peut être amorti par les communes car la subvention d’Etat baisse de 1,5 milliards pour les collectivités.


De même le PDG de la SNCF a annoncé qu’il ne pouvait amortir le coût de la hausse sur le transport ferroviaire et le président de la région Ile de France s’inquiète de la hausse que va provoquer cette mesure sur les tarifs de la RATP.


Le crédit d’impôt va exonérer de 20 milliards les entreprises à partir du 1er janvier.

 

L’augmentation des impôts pour les travailleurs, tant des impôts indirects, que de l’impôt direct sur le revenu, et la réduction des dépenses sociales et des services publics sont d’autant plus rudes que les salaires stagnent ou baissent.

 

 

 

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Economie
commenter cet article
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 07:15

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJlcV9YXF5ACx4o

 

La petite musique de la Troïka ne passe plus. Vendredi dernier 18 octobre, les élèves ainsi que les enseignants des lycées musicaux comme on les appelle ici, manifestaient devant le ministère de l’Intérieur. De nombreux postes d’enseignants restent vacants et les ministères impliqués se refusent à tout déblocage des crédits nécessaires. D’autant plus que la prise en charge du coût des cantines scolaires ainsi que du transport pour ces élèves, fréquemment virtuoses et surtout généralement venus d’assez loin, fut portée vers les communes et ensuite vers les régions, lesquelles s’y déclarent d’emblée incompétentes car elles n’ont pas les ressources nécessaires.

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJlcV9YXF1ACx4o

Écoliers, musiciens et manifestants. Athènes, le 18 octobre


Pour ces élèves il y a de quoi déclencher l’alerte Amber, autrement-dit, cette alerte à grande échelle mis en place d’abord aux États-Unis et au Canada lorsqu'une disparition d'enfant est signalée. Ce qui disparait certainement, c’est leur école ainsi que leurs rêves et au même titre que leurs talents. “Vous serez incapables de détruire ce que vous ne comprenez pas”, pouvait-on lire sur une banderole. Triste musique. Je me souviens avoir visité une école de ce type bien singulier, j’étais l’invité d’un ami qui à l’époque y enseignait.

Je me souviens donc des élèves, des musiques, de tout ce travail dans le renouvellement des musiques traditionnelles grecques et des musiques tout court. À Rhodes par exemple, ce n’est que depuis la création d’un tel établissement public que toute une pratique musicale, celle de la “tsambouna” (cornemuse), pratiquement éteinte à Rhodes, a ainsi pu renaître. 

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJlcV9YXFxACx4o

“La solidarité c'est notre arme”. Athènes, le 18 octobre


Devant, et à l’intérieur de la cour de l’Université d’Athènes ce même jour il y avait autant effervescence humaine. Son personnel très inquiet, attend toujours l’issue finale de sa “mise en disponibilité”, autrement-dit, de leur licenciement en langage... domestique et qui ne soit pas celui de l’euphémisme des “gouvernances”. “Cantine autogérée de la faculté de Droit. Les recettes seront versées à la caisse du personnel administratif en grève. La solidarité c'est notre arme”, explique à l’occasion l’affichette collée près du portail de l’Université.

Devant cette même université, les touristes observent les drapeaux noirs et apparemment ils nous comprennent, il y a certainement photo comme il y a colère et alors deuil. 

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJlcV9YXFtACx4o

Touristes et drapeaux noirs. Athènes, le 18 octobre


La petite musique de la Troïka ne passe décidément plus. Antonis Samaras ainsi que son ministre des Finances Yannis Stournaras laissent alors filtrer ces fuites rodées sur leur prétendu (?) ras-le-bol, déjà d’ailleurs (trop) vu. La Troïka aurait perdu toute sa tête et ses subalternes dépêchés à Athènes auraient même oser téléphoner à Yannis Stournaras pendant que ce dernier se trouvait à Bruxelles lors d’un récent sommet, pour ainsi l’admonester car il aurait accordé une hypothétique et évidemment rachitique allocation-chauffage aux plus démunis de notre Baronnie (émission de Yorgos Aftias, télévision SKAI au matin du 21 octobre).

N’empêche, Antonis Samaras effectue un voyage (officiel) surprise à Malte et surtout en Italie ce lundi, officiellement il est question d’immigration, “officieusement c'est surtout avec Enrico Letta qu'il sera question d'adopter une attitude commune face aux pays du Nord, c'est-à-dire face à l'intransigeance de l'Allemagne. Au préalable, Antonis Samaras qui n'ose plus téléphoner à Angela Merkel...”, (Real-FM, le 21 octobre). Sauf que nous demeurons bien dubitatifs face à tout cela et pour cause.

Entre-temps chez SYRIZA c’est la presque mini-scission. Sa mouvance gauche sous Panagiotis Lafazanis n’admet pas l’adoption sans vote au préalable par la direction du parti, d’une attitude qui consiste à s’accorder avec la Nouvelle démocratie et le Pasok, sur la procédure à adopter visant à faire adopter par le Parlement, l’interdiction du financement du parti de l’Aube dorée. Ce qui pose effectivement problème quant au supposé compromis entre le parti d’Antonis Samaras et celui de la Gauche radicale (?), tient de l’usage de l’article 187A du code Pénal, qui ferait ainsi de l’Aube dorée “une organisation terroriste” et pas seulement criminelle.

Après avoir tant dénoncé la “théorie des deux extrêmes” si chère au Samarisme le plus virulent, il est étonnant que la ligne dirigeante chez SYRIZA tombe ainsi dans un tel piège. Sauf si il va falloir considérer dans pareil cas (comme le fait le parti du “Plan B” ainsi que le KKE - Parti communiste), la candidature d’Alexis Tsipras au poste du président de la Commission Européenne, ce même “Alexis Tsipras (Syriza) - qui - tend à nouveau la main aux sociaux-démocrates à Vienne pour sauver l'Europe d'elle-même

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJlcV9YXFlACx4o

Reportage sur les musiciens et créateurs d’instruments en Crète. “Quotidien des Rédacteurs” du 19 octobre


Christos le voisin est enfin parti travailler ce lundi matin. Cela lui fera presqu’une semaine de labeur pour ce mois d’octobre, c’est exceptionnel. Un médecin spécialiste qui en ce moment fait construire une résidence secondaire sur une Cyclade proche aurait promis d’engager Christos. Moralité évidente, les Cyclades ont toujours la côte et certains médecins... encore bien les moyens.


De son côté, mon ami journaliste qui a retrouvé du travail, et même trop d’ailleurs, n’est pas rémunéré depuis presque quatre mois. C’est encore une nouvelle réalité pour ceux qui ont la chance de travailler dans ce pays. Les ouvriers du chantier naval de Skaramanga quant à eux, n’ont pas été payés depuis plus de 18 mois.

En plus de cela, le scandale des sous-marins livrés depuis l’Allemagne demeure entier, alors entier en politique comme en économie... sous-marine. SYRIZA réclame la mise en place d’une commission d’enquête, Evangelos Venizélos alors ministre de la défense sous Papandréou à l’époque, passe à l’attaque contre Avramopoulos, ministre actuel à ce poste lequel “ne veut plus couvrir les méfaits de la gestion passée” d’après la presse du (tout dernier) moment. Étrangement, une cale sèche flottante située près des deux sous-marins est sur le point de sombrer depuis samedi soir 19 octobre, suite à une cause qui reste inconnue, et les rumeurs courent depuis, évoquant un probable sabotage, tandis que le ministère de la Défense minimise l’incident car “de toute manière il n'y aura aucune incidence sur la sécurité des sous-marins

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJlcV9YXFhACx4o

“Vive le Général Tsakalotos”. Athènes, le 18 octobre


Mon ami journaliste ainsi que Christos le voisin ne s’intéressent pas aux “résistances” d’Antonis Samaras ou de Yannis Stournaras et encore moins aux sous-marins de la corruption présumée Germano-hellénique. Ils sont davantage préoccupés de la nouvelle augmentation effective depuis ce week-end... dans la double participation aux frais des soins (médicaments compris) par les assurés restants. “De fait, les assurés ne seront plus des assurés déclare un médecin sur Real-FM, lundi 21 octobre.


La Grèce sous la ligne de flottaison attend son heure, qui tarde alors trop. Sur un boitier électronique du système de gestion automatique des feux de circulation estampillé “Siemens”, des inconnus ont rajouté un slogan à la gloire du général Tsakalotos. En 1944, il prit le commandement de la 3ème Brigade de montagne alors nouvellement créée, combattant ainsi les partisans de l'EAM-ELAS et de la Gauche, c’était bien à Athènes et en décembre 1944 en guise de grand prélude à la guerre civile. En 1948, à la tête du 1er Corps d'armée grecque, Tsakalotos contribua à la victoire de l'armée régulière au cours de cette même guerre civile. On en déduira que ces boitiers seraient et à leur manière, autant liés au dispositif permettant la régulation entre les usagers de la rue et... ceux de l’histoire. 

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJlcV9YXFdACx4o

Élèves, musiciens et manifestants. Athènes, le 18 octobre


Les musiques de la Grèce sont alors tristes sauf qu’elles nous aident à tenir. Il faut bien car il y aura un nouvel mémorandum en mai 2014. “Jusqu'en juin prochain nous connaîtrons l'enfer” a déclaré Yannis Stournaras au journal “To Vima” daté du 20 octobre. Déjà, à partir du 1er janvier 2014, la terre agricole cultivée verra sa taxation augmenter de 157 à 785 fois, si l'on en croit certaines sources ! En plus, tout usage de semence non déclarée et non réglementaire sera lourdement puni, autrement-dit, le mémorandum eternel c’est l’enfer des Cyclades... sans musique ni ensemences locales.


Nous irons... cependant nous établir sur la lune pour y trouver dès lors l’excédent budgétaire, exactement comme le préconiserait notre “Jules Verne-Samaras”, d’après nos caricaturistes. La lune est pleine, la coupe aussi. 

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJlcV9YXFZACx4oNotre Jules Verne-Samaras. “Quotidien des Rédacteurs” du 19 octobre

 

 

http://www.greekcrisis.fr/2013/10/Fr0287.html

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Grece
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 19:37

http://www.m-pep.org/IMG/rubon234.png?1366660492

 

Quand on évoque la « mondialisation », ce sont ses dégâts sociaux colossaux qui viennent immédiatement à l’esprit : inégalités croissantes entre pays riches et pays pauvres ; chômage et précarité ; délocalisations ; destructions des systèmes de protection sociale ; maintien d’une dette exorbitante sur les pays pauvres ; pression sur les salaires… On pense ensuite à l’économie : privatisations de services publics ; subventions aux entreprises ; libre-échangisme ; dictature des marchés financiers… et depuis quelques années, les guerres mondialistes.


En fait, un seul pays bénéficie de la « mondialisation » : les États-Unis. L’économie américaine a pu profiter, jusqu’à présent, d’une croissance généralement supérieure à celle des autres pays. Mais cette croissance économique est totalement artificielle : privilège exorbitant du dollar ; pompage de l’épargne mondiale ; déficit extérieur abyssal ; endettement des ménages… au point de provoquer une nouvelle crise financière en août 2007.


Sans que les banquiers centraux de Francfort ne bougent le petit doigt, ni les responsables politiques européens qui acceptent que l’euro joue le rôle d’un nain, le dollar s’est arrogé des privilèges dignes de l’Ancien Régime. Exonérés, depuis 1971, de toute contrainte de convertibilité du dollar en or par la rupture des accords de Bretton Woods, les Etats-uniens consomment bien plus qu’ils ne produisent. Ils vivent à crédit sur l’épargne mondiale et en imprimant des billets de banque. Ils peuvent faire monter ou baisser la valeur de leur monnaie vis-à-vis des autres monnaies, en fonction de leurs besoins particuliers. Le « miracle » américain n’est pas le résultat de l’application des politiques néolibérales, il procède de la nouvelle hégémonie américaine sur le reste du monde.


Les premières victimes de la « mondialisation », en revanche, sont les pays en développement. Le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale (BM), l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ont poussé avec fanatisme à la ruine les pays qu’ils étaient censés aider.


Bien sûr, la « mondialisation » est inhérente au capitalisme : « la tendance à créer un marché mondial est incluse dans le concept même de capital » (Karl Marx). Cependant, la « mondialisation » n’en est pas pour autant la résultante inéluctable d’un déterminisme économique intrinsèquement lié au système capitaliste, elle n’en est pas la suite logique et prévisible. Elle n’est donc absolument pas un phénomène spontané et naturel, indépendant de toute volonté politique. D’autant que la « mondialisation » ne se limite pas aux seules dimensions financière (la globalisation financière) ou économique (le libre-échangisme). Elle est un phénomène global, mettant en cohérence des dimensions financière, économique, politique, culturelle et même psychologique.


Face à la « mondialisation », la plupart des forces politiques, à l’échelle internationale, éprouvent de plus en plus de difficultés à dissimuler leur soumission constante depuis 20 ans. Au point que l’idée délétère se répand selon laquelle les responsables politiques auraient perdu l’essentiel de leur pouvoir de décision, spécialement dans le cas de l’Europe. La croyance s’installe que des contraintes extérieures de toute nature ne laisseraient plus qu’une très faible marge de manœuvre aux gouvernements, réduite pour l’essentiel aux problèmes d’ordre sociétal.


Ce vide politique a été comblé par les médias : instillation quotidienne d’un conformisme pesant ; bien-pensance pétrie de bons sentiments et dégoulinante de pathos ; lieux communs assénés avec autorité... Tout est organisé pour étouffer l’éveil de toute conscience critique, la politique spectacle envahit les écrans.

 


C’est pourquoi le premier objectif du M’PEP est de démystifier la « mondialisation ». Pour y parvenir, les actions suivantes sont engagées :

  • mettre fin à la confusion qui règne autour de la notion de « mondialisation » ;
  • montrer que la « mondialisation » est une stratégie politique qui vise à réorganiser le travail à l’échelle planétaire pour rediscipliner le salariat ;
  • expliquer que la « globalisation financière » n’est pas une étape nouvelle du capitalisme mais un choix de société ;
  • dénoncer la « mondialisation » comme tentative d’hégémonie des Etats-Unis sur le reste de la planète ;
  • s’opposer à la fabrication de l’ « homme nouveau » néolibéral ;
  • débusquer le néolibéralisme à la française.

 

 

 

http://www.m-pep.org/spip.php?article633

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 11:58

http://img.over-blog.com/280x357/0/32/46/53/Logos-divers/diablo-reve.jpgInfo reprise   sur EL Diablo commun commune 

 

 

 

 

 

 

Totalement inconnu du syndicalisme et des syndicalistes, le V.I.Edont on fait régulièrement la pub à la radio (exemple: France Inter), est une opération extrêmement lucrative pour les entreprises, et notamment les grosses qui en sont les plus friandes (ex:Total, Carrefour, etc.; plusieurs centaines de postes dans chaque grosses boites !!!).

 

 

Les PME sont le prétexte ! Sous prétexte de mettre le pied à l'étrier à de jeunes ingénieurs, l’État, par le biais de sa filiale Ubifrance, subventionne énormément chaque poste créé (ou chaque VIE remplacé par un autre VIE) par les entreprises à l'étranger. Par exemple le statut public du V.I.E exonère l'entreprise de toutes cotisation patronale(appelées improprement "charges sociales") en France; mais en plus subventionne chaque poste pour qu'il ne coûte pas plus que l'équivalent d'un SMIC français non chargé (Mais existe-t-il encore des SMIC chargés ?)avoir des ingénieurs ou des commerciaux ne "coûtant" que le SMIC, n'est-ce pas le rêve pour tout actionnaire ou gestionnaire de fortune ?

 

 

L'intérêt pour le jeune qui en bénéficie c'est effectivement qu'il commence à cotiser pour sa retraite en France; c'est toujours cela de gagné. Intérêt pour l'entreprise: elle s'exonère des majorations de salaires qu'elle payait autrefois dans le cadre des statuts d'expatriés, en ayant des supers forces de travail jeunes et à bas coût.

 

 

Mais cela a permis au patronat des grosses entreprises de liquider quasiment tous les statuts d'expatriés, et d'obliger les français expatriés à signer des contrats locaux (exemple: signer des CDI Chinois pour des postes à Shanghai, avec une retraite chinois au bout: génial ! Mais il est vrai que les expatriés ne sont quasiment jamais syndiqués). Goûtez de cette vidéo explicative; elle vous dit l'essentiel; pour en savoir plus, faites une recherche sur votre célèbre moteur de recherche avec Ubifrance ou VIE .


 

 


 

 

 

 

http://www.communcommune.com/article-le-v-i-e-c-est-quoi-ce-truc-la-120702799.html

 

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Politique
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 11:54

newsletter_r1_c1.png

 

Bonjour à toutes et à tous


Voici notre 137e épisode sur la lutte très compliquée des salariés des Moulins Maurel qui rachetés par Nitrixo sont voués à la fermeture le 30 novembre prochain.

Encore une usine intra muros de Marseille qui va plier boutique.

Et encore une fois comme pour Legrémante pour des raisons bassement financières alors que ce moulin fonctionne à merveille et est profitable.

Est-ce la proximité de la zone commerciale de La Valentine qui aiguise les appétits des actionnaires ?

 

Toujours est-il que les salariés ne veulent pas se laisser faire et refusent cette mise à mort. ils résistent et ont réussi via un cabinet conseil indépendant à trouver au moins deux repreneurs. La bataille n’est donc pas terminée.


épisode 137 :http://www.plusbelleslesluttes.org/...


à voir également la bataille des Air liquide et leur lutte contre le plan ambitions 2015 avec à la clé des dizaines de licenciements… Oh pardon des départs volontaires : http://www.plusbelleslesluttes.org/...


mais aussi à revoir l’entretien avec Christian Lamotte et Roland Vinit responsables CGT d’Arkéma. Avec eux on a fait le point sur leur entreprise qui a perdu son âme : http://www.plusbelleslesluttes.org/...


Bon visionnage et à très bientôt


JiPé et Thierry


Tant qu’on lutte c’est qu’on est encore vivant et bien debout… Sur nos deux jambes



Retrouvez toute l'actualité sur notre site internet http://www.plusbelleslesluttes.org

 

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans La lutte des classes
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 08:45

21 Octobre 2013 , Rédigé par Le Mantois et Partout ailleurs

 

http://media.actu.woopic.com/pictures/une/photo_1380383367318-1-0.jpg

 

Ce samedi, quelque 200 personnes s'étaient rassemblées à Paris dans la cadre de la journée de mobilisation européenne pour le droit au logement et contre la spéculation. Cette initiative, soutenue par le DAL, avait été déclarée à la préfecture de police de Paris et les manifestants se dirigeaient vers le métro pour quitter la place de la République.


Soudain, sans sommation, les CRS leur ont coupé la route vers 14h45. Il s’en est suivi une bousculade et des violences policières visant principalement des mères de famille. Deux mères d’entre elles ont été conduites à l’hôpital où ont été constaté deux entorses , 9 autres se plaignent de douleurs issues de ce “mollestage”. JB Eyraud porte parole de DAL a eu 2 côtes fracturées.


Ensuite la police a encerclé et retenu les mal logés et leurs soutiens toute l’après midi, interdisant de s’extraire de l’étau policier où d’y pénétrer, sans aucune explication. La police a obligé les "encagés"à satisfaire leurs besoins naturels sur place. Je ne sais pas si Najat Vallaud-Belkacem, ministre de la propagande de l'Elysée et ministre des droits des femmes est aussi celle des droits humains tous courts.


Un médecin a été autorisé à pénétrer dans “la cage” vers 16h30. Mais le commissaire a refusé qu’il délivre des médicaments aux victimes. Il s’est opposé aussi à la distribution de nourriture, notamment pour les enfants.

 

En fin d’après midi, le Ministère de Cécile Duflot s'est réveillé et a pris a pris contact avec le DAL. Un rendez-vous est établi pour 15h, lundi 21 octobre. Les mal logéEs avaient posé comme condition préalable de quitter la place de la République librement et tous ensemble. Vers 20h, les CRS se sont donc retirés.

 

Les revendications du DAL sont connues:


- protocole d’accord et échéancier pour le relogement progressif des 300 familles en lutte jusqu’à fin mars 2014.


- plan d’urgence de mobilisation de 50 000 logement et locaux vacants en Ile de France, afin de sortir des sans abris de la rue et reloger les prioritaires DALO.


- application de la loi de réquisition, interdiction des expulsions illégales et des congés frauduleux, renforcement des droits des habitants de logement indécents ou indignes, baisse des loyers, cesser les expulsions sans relogement.


- suspension de la délégation au 115 de l’hébergement hôtelier des familles prises en charge par la Ville de Paris, et hébergement des expulsés, notamment à Aubervilliers en Seine Saint Denis


 

 Roger Colombier

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans La lutte des classes
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 07:15

porto-3.gif

 

Article AC/OM pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Ce samedi 19 octobre, plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont répondu à Porto, Lisbonne et Madère à l'appel de la CGTP à lutter contre une « politique d'exploitation et de paupérisation » accentuée par l'annonce d'un budget 2014, offensive de classe brutale.

 

Rarement un gouvernement n'a été aussi faible au Portugal, comme celui de droite de Passos Coelho. Sa politique de classe au service d'une étroite minorité, de collaboration avec l'UE ne satisfait personne, la déroute historique de la droite aux dernières élections locales en est la preuve.

 

Face à cette politique, l'organisation de la résistance sociale par la CGTP, syndicat de classe lié au Parti communiste, est déterminante, mobilisant régulièrement plusieurs centaines de milliers de travailleurs dans les rues du pays, avec des grèves générales massives comme le 27 juin dernier.

 

Ce 19 octobre, la CGTP proposait une manifestation massive sur les ponts principaux de Lisbonne et Porto. Contre la « politique d'exploitation et de paupérisation » du gouvernement, des politiques de droite au service du « pacte d'agression » conclu avec la « Troika » (UE-BCE-FMI).

 

Le syndicat hégémonique au Portugal, avec ses 750 000 syndiqués, a pourtant du faire face aux intimidations gouvernementales. Le Ministère de l'Intérieur avait même interdit la manifestation sur le pont du 25 avril, à Lisbonne.

 

Cela n'a pas empêché la CGTP de contourner cette politique de répression insidieuse, entre 150 et 200 000 manifestants répondant à l'appel sous des mots d'ordres combatifs : « Le gouvernement à la rue ! », « Face aux injustices, la révolution est une obligation ».

 

60 000 manifestants ont effectivement traversé le « Ponte do Infante », le pont liant les deux rives du Douro à Porto, une des plus grandes manifestation de ces dernières années dans la ville du Nord.

 

A Lisbonne, 400 autocars affrétés par la CGTP ont traversé le « Pont du 25 avril » à Lisbonne, et ce sont en tout plus de 100 000 manifestants qui ont rejoint l'autre rive du Tage où se concluait la journée de manifestation, dans le quartier d'Alcantara .

 

Budget 2014 : ce n'est pas de l' « austérité », c'est un « vol » des travailleurs !

 

La manifestation, convoquée depuis plusieurs semaines, a été renforcée par l'annonce mardi dernier d'un Budget d’État 2014 caractérisé par le Parti communiste comme « une offensive sans précédent contre les travailleurs, les jeunes, les retraités ».

 

Quatre milliards d'euros de coupes budgétaires payés par les travailleurs portugais : baisse des salaires des fonctionnaires jusqu'à 12%, des retraites des travailleurs du secteur public de 10%, recul de l'âge de départ à la retraite de 65 à 66 ans, réduction des allocations-chômage et maladie.

 

Depuis 2011, cela fait 20 milliards de coupes payées par les travailleurs. Les précédentes moutures avaient également rehaussé le temps de travail des fonctionnaires de 35 à 40 heures par semaine, ou augmenté la TVA de plusieurs points.

 

Elles seront payées aussi par une réduction des dépenses sociales de l'Etat, avant tout dans la santé (200 millions de coupes pour les hôpitaux) et l'éducation (600 millions de coupes), et par la poursuite d'une politique de privatisations.

 

Après l'énergie, les aéroports, les chantiers navals, et avant les chemins de fer, la prochaine étape étant la privatisation de la Poste portugaise (os « Correios »).

 

De quoi dénoncer l'hypocrisie du prétexte du déficit, les entreprises privatisées ont fait 40 milliards de profits par an entre 2004 et 2010. Ramenés sur une base annuelle, cela fait 7 milliards par an, exactement le montant du déficit budgétaire public !

 

Une politique en faveur du grand capital qui s'assume ouvertement : l'Impôt sur les Sociétés va être baissé de 25 à 23% en 2014, puis à 17 % en 2016, tandis que des exonérations pour les riches contribuables étrangers s'installant au Portugal sont mises en place.

 

Le choix des mots est important. Ni le Parti communiste ni la CGTP ne parlent d'austérité. Pour le PCP, il s'agit d'un « pacte d'agression » orchestré par l'UE, d'un « vol », d'un « pillage » des salaires, des droits des travailleurs par le grand capital.

 

La CGTP, elle, parle d'une politique d'intensification de l' « exploitation et de paupérisation ». Elle a dénoncé dans sa première analyse du budget « le choix de classe » du gouvernement, un « gigantesque transfert de richesses du travail vers le grand capital national et étranger ».

 

Quelles perspectives ? Mise en échec des projets de loi, convergence des luttes, démission du gouvernement

 

Face à cette politique de plus en plus impopulaire, le discours idéologique du gouvernement peine à convaincre activement, mais il construit une pédagogie de la résignation, du fatalisme.

 

Face à ce péril, la CGTP et le Parti communiste tentent d'offrir des perspectives de lutte concrète, de victoire réelle.

 

La première perspective : mettre en échec les projets du gouvernement par une convergence des luttes. Secteur par secteur, la CGTP construit la mobilisation contre les volets de la politique de classe du gouvernement, pour mieux faire converger ces mouvements.

 

Ainsi, ces dernières semaines et pour les semaines à venir, la CGTP impulse la lutte des travailleurs des transports, des infirmier-e-s, des postiers ou de l'Administration pour leurs conditions de travail, les salaires et la défense du service public.

 

La CGTP prépare les conditions d'une prochaine grève générale, aussi massive que celle de juin 2013 ou novembre 2012 où plusieurs millions de travailleurs portugais ont arrêté le travail.

 

Cela passe par des mobilisations sectorielles d'ampleur : du 31 octobre au 9 novembre, la grève « alternée » dans les transports (2 jours les bus, 2 jours trains-métro-bateaux), et le 8 nvovembre la grève nationale de la Fonction publique, administration centrale, locale, santé et éducation réunies.

 

Entre-temps, elle propose une manifestation massive le 1 er novembre, devant l'Assemblée, pour protester contre l'adoption du budget 2014. Une date symbolique puisqu'il s'agit d'un jour férié désormais travaillé, confisqué aux travailleurs au nom des « sacrifices » à faire pour le capital.

 

La seconde perspective, c'est la démission du gouvernement et la convocation d'élections anticipées.

 

Sans illusions sur la perspective de changement par les urnes, d'alternance avec le PS. Mais avec l'objectif de remporter une victoire concrète, de faire chuter un gouvernement illégitime pour faire monter d'un cran le rapport de force.

 

Illégitime et désormais illégal. Un troisième budget anti-constitutionnel, le deuxième avait vu près de 20 mesures être invalidées par la Cour constitutionnelle, en vertu de la très progressiste Constitution de 1975, obtenue grâce à la résistance, avec le poids du PCP alors.

 

Que le Parti communiste portugais, dans la coalition de la CDU, ait été la seule force à progresser lors des élections locales atteignant les 12 % est un élément source d'espoir pour les luttes à venir, et la construction d'une alternative à cette politique socialement désastreuse.

 

Comme toujours au Portugal, avec la force du Parti communiste et d'une CGT, restés sur des positions de classe, le mot d'ordre reste : A luta continua !

 

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Portugal
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 19:57

Tiré du Républicain Lorrain - le journal de Sarreguemines

 

"Une manifestation transfrontalière contre les politiques d’austérité qui dégénère des CRS messins et gendarmes mobiles sarregueminois qui s’associent aux policiers sarrois pour gérer interpellations et maintien de l’ordre : une simulation impressionnante a rassemblé 700 personnes hier près de Sarrebruck."

 

 

http://img.over-blog.com/467x600/3/06/23/69/photo-1/Sarr.pnghttp://img.over-blog.com/426x600/3/06/23/69/photo-1/Sarr1.png

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Europe
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 19:04

La Province, 20 octobre 2013 

 

Le licenciement des 32 techniciennes de surface de la commune de Colfontaine a suscité une réaction outrée du syndicat CGSP, qui menace les « politiciens sans valeurs » du « plus grand conflit social qu’ils aient jamais connu » (sic). Pour rappel, Colfontaine a décidé de licencier ses femmes de ménage, qui devraient toutefois continuer à travailler mais sous la houlette d’une société privée, Laurenty.

 

http://www.laprovince.be/sites/default/files/imagecache/pagallery_450x300/2013/10/20/1967752679_B971251343Z.1_20131020182132_000_G0J1DB8CJ.1-0.jpg

La CGSP ne veut pas laisser passer le licenciement des femmes de ménage.

 

Dans un communiqué enflammé publié dimanche, Laurent Dufrasne, permanent, dénonce un «  attentat social mis en place par des politiciens sans valeurs qui salopent le service public et l'emploi des agents qui y travaillent. » (...) «  A aucun moment, ni les travailleurs, ni les organisations syndicales, n'ont été consultés »...

 

Et d’exiger «  le retrait immédiat de ce plan de licenciements collectifs, la réintégration immédiate des travailleuses déjà licenciées, et le maintien absolu de l'emploi public. Un préavis de grève sera déposé ce lundi 21 octobre, et s'il le fallait ce préavis pourrait être étendu à l'ensemble des pouvoirs locaux de la région.

 

 Il conclut : « la CGSP appelle l'ensemble des élus communaux à se ressaisir, et à stopper cette destruction massive des services publics, faute de quoi , ils devront faire face au plus grand conflit social qu'ils n'aient jamais connu. »

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans La lutte des classes
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 18:43


http://www.lyoncapitale.fr/var/plain_site/storage/images/media/photos/evenements/actualites/capture-d-ecran-2012-07-24-a-16.43.13/1612794-1-fre-FR/Capture-d-ecran-2012-07-24-a-16.43.13_univers-grande.png

 

COMMUNIQUÉ NATIONAL DE L'UNEF


A l’université Paris 1, les appels à la violence contre les syndicalistes de l’UNEF se multiplient depuis plusieurs jours. Ils sont diffusés sur les réseaux sociaux et des sites internet d’extrême droite, accompagnés de photos et des vidéos diffamatoires désignant des militants de l’UNEF.


C’est dans ce contexte et après avoir reçu des menaces par des appels anonymes, qu’une des militantes de l’UNEF a été agressée hier soir. En sortant de son domicile, elle était attendue par un individu qui lui a assené deux coups à l’arme blanche, au visage et à la gorge, entrainant son hospitalisation. Ses jours ne sont pas en danger.


L’UNEF ne tolèrera pas que cet acte reste impuni.


Une plainte a été déposée. L’UNEF demande que tous les moyens soient mis en œuvre pour que la police arrête rapidement l’auteur de l’agression et mettent en cause les individus qui ont relayés les appels à la violence sur internet.


L’UNEF ne laissera pas un climat de peur s’instaurer dans les universités.


La militante de l’UNEF a été agressée parce qu’elle était syndicaliste. L’auteur de l’agression a proféré des menaces verbales contre son expression syndicale.


En aucun cas la violence et la peur, que des militants d’extrême droite cherchent à diffuser dans les universités, ne doivent remettre en cause les libertés syndicales des étudiants.


L’UNEF demande à la Ministre de l’Enseignement Supérieur de condamner fermement cette agression et de prendre les dispositions pour que la sécurité des militants syndicalistes soit assurée dans tous les établissements d’enseignements supérieurs.


L’UNEF demande un renforcement de la surveillance des réseaux d’extrême droite et la fermeture de sites internet relayant des appels à la violence.


L’UNEF demande l’ouverture d’une enquête disciplinaire pour identifier et sanctionner les étudiants de l’université Paris 1 qui ont contribué aux appels à la violence.

 

Communiqué Local
Agression d'une militante de l'UNEF Paris 1 : 
les responsables devront rendre des comptes !

 



Jeudi soir, une responsable de la section de l'UNEF Paris 1 a reçu deux coups de couteau au visage et à la gorge devant chez elle. L'UNEF Paris 1 demande des réponses politiques et judiciaires immédiates.

Lundi, une altercation a eu lieu à Tolbiac autour d'un affichage entre la Fédé Paris 1 et l'UNEF Paris 1. Lors de cette altercation, des militants de l'UNEF Paris 1 ont été frappés et victimes d'insultes racistes, sexistes et homophobes. Des plaintes ont été déposées à ce sujet. Lors de cette altercation, des barres de fer ont été trouvées par des militants de l'UNEF, qui les ont remises à la sécurité du centre universitaire.

Cet évènement a été instrumentalisé  par des membres de la Fédé Paris 1 et de l'UNI-Met Paris 1 qui en ont diffusé une vidéo diffamatoire. Une nouvelle plainte a été déposée. Cette diffusion, exclusivement relayée par des sites d'extrême droite, a été l'occasion d'appels au viol, à la violence et au meurtre des militants de l'UNEF.  Pendant les jours qui ont suivi, les menaces se sont faites de plus en plus fortes, avec la communication de coordonnées de militants de l'UNEF Paris 1 et des appels anonymes de menaces.

C'est dans ce contexte qu'une responsable de l'UNEF Paris 1 a été agressée au couteau devant chez elle. L'individu a clairement fait référence à son engagement syndical  avant de porter les coups de couteau à son visage et à sa gorge. Elle a été hospitalisé, ses jours ne sont pas en danger.

Cette agression est un acte politique qui vise à faire taire des militants syndicaux pour le simple motif de leur engagement. Nous refusons de nous laisser intimider et demandons que cette affaire trouve une issue. L'UNEF Paris 1 exige :

- Que l'université s'exprime pour condamner les violences à l'encontre des militants syndicaux

- Qu'une enquête disciplinaire confonde les auteurs de menaces et permette d'identifier les responsables « associatifs et apolitiques » à l'origine de diffusion de la vidéo diffamatoire ayant entraîné ce climat et cette agression

- Si une organisation devait être reconnue comme responsable et donc complice, nous demanderons sa dissolution ainsi que l'exclusion des étudiants concernés

 

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Education
commenter cet article