Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 02:50

Un décret signé par le premier ministre Jean-Marc Ayrault et le ministre de l'éducation nationale Vincent Peillon marque la fin d'une certaine idée de l'école : l'idée de l'école républicaine.

 

http://1.bp.blogspot.com/-evI7J_CfP34/UhZqLmfLYrI/AAAAAAAADR0/GX-RmV0QqSg/s640/ay1.PNG


http://1.bp.blogspot.com/-baZ76y_1pCM/UhZqNunwpjI/AAAAAAAADR8/s0kgPL-xZkQ/s640/ay2.PNG

 

http://4.bp.blogspot.com/-rRinLOlrsQI/UhZqQumPhhI/AAAAAAAADSE/5Hwjd2wfsoY/s640/ay3.PNG

 

http://1.bp.blogspot.com/-TwQxZTRuU3E/UhZqRkWAVeI/AAAAAAAADSM/XfrJbmKC1Dg/s640/ay4.PNG

 

http://4.bp.blogspot.com/-RLyK0W3DZzg/UhZqS_AAS3I/AAAAAAAADSU/OqYN2HixV18/s640/ay5.PNG

 

 

Source : Tout va bien 

 


 

 

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Education
commenter cet article
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 02:41

http://img.over-blog.com/300x250/3/98/30/52/Photo-sup/Faujour_retraite_2013.jpgÇa fait bien longtemps que je suis à la retraite, tu sais ! Je plains les jeunes d’aujourd’hui qui vont avoir bien du mal ! Tu crois vraiment qu’ils vont supprimer la retraite par répartition ?

 

Pas tout à fait. Margaret Thatcher a essayé de convaincre les ouvriers anglais de cotiser à des fonds de pension, mais ils n’y ont pas cru. Ceux qui pouvaient économiser ont acheté des maisons. Pour le capital, ce n’est pas le bon circuit. Cette tentative a convaincu les intellectuels du capital que, pour développer les fonds de pension, il faut maintenir, a minima, une retraite par répartition. Ils la veulent trop faible pour vivre, une sorte de minimum vieillesse. D’après leurs calculs, les fonds de pension comme complément à la retraite sont plus convaincants pour les salariés que s’ils représentaient la principale source de revenus. Bernard Friot explique ça dans son livre « L’enjeu des retraites ». Je vais tout à l’heure te citer des chiffres, c’est de ce livre que je les tire.

 

Mais tu vois bien qu’il y a de plus en plus de retraités, et que les gens vivent plus longtemps qu’avant ; alors forcément, les retraites vont coûter de plus en plus cher. Il faut bien une solution !

 

C’est vrai, le poids des pensions va s’accroître dans les années qui viennent. Mais il n’y a aucune inquiétude à avoir. Regarde : en 1950, les pensions représentaient 5 % du PIB. En 2000, elles en représentent 13 %. On estime qu’en 2050, ce devrait être environ 18 %. Mais le PIB lui-même double tous les cinquante ans ! Donc en 1950, le PIB était de 1.000 milliards d’euros : 50 pour les pensions (5 %), 950 pour les salaires, les investissements et les profits ! En 2000, il était de 2.000 milliards d’euros, soit 260 milliards pour les pensions (13 %) et donc 1.740 milliards pour le reste. En 2050, le PIB sera de 4.000 milliards d’euros dont 720 milliards pour les pensions et 3.280 pour le reste. Tu vois que, contrairement à la propagande du capital, la part du salaire actif et celle des investissements augmentent. La population augmente beaucoup moins vite que le PIB : on était 42 millions en 1950, on est 65 millions aujourd’hui, on sera sans doute environ 70 millions en 2050.

 

Ton PIB qui n’arrête pas de doubler, et qui grandit plus vite que la population, comment tu l’expliques ?

 

C’est que la productivité du travail s’est considérablement accrue. Dans la même heure de travail, un ouvrier d’aujourd’hui produit beaucoup plus que le même ouvrier, travaillant la même heure après guerre. Par exemple, il y avait après-guerre environ 10 millions d’agriculteurs en France. Cela représentait la moitié de la population active. Aujourd’hui, il n’y en a plus qu'un million (c'est-à-dire 3 % des actifs), et pourtant la production agricole a beaucoup augmenté avec beaucoup moins d’heures de travail. C'est-à-dire que chaque heure de travail est beaucoup plus productive : ici, presque 20 fois plus. Mais je te donne un autre exemple : actuellement, selon les chiffres de Peugeot, il est fabriqué 13.000 voitures par jour. La première Peugeot, la 201, c’étaient 13.000 voitures par an ! Et avec plus d’ouvriers que maintenant !

 

Voilà l’affaire, la production par ouvrier augmente, mais pas les salaires !

 

Tout le problème est là : la question des retraites, c’est la question des salaires. Parce que pour financer les retraites, il est nécessaire d’augmenter les cotisations. C’est la bonne solution : après-guerre, les cotisations représentaient à peu près de 5 % du salaire total. Tu sais que le salaire se compose de deux parties : d’une part le salaire net, celui qui est versé sur le compte en banque du salarié, et d’autre part l’ensemble des cotisations sociales : maladie, vieillesse, invalidité, chômage, etc. Ces cotisations sont arbitrairement divisées en deux parts : la part dite « ouvrière », et la part dite « patronale ». C’est artificiel, car l’ensemble est dû par l’employeur à son employé pour son travail. Mais ce « paritarisme » permet au patronat de se mêler de la gestion de l’ensemble de ces cotisations, qui représentent beaucoup d’argent, supérieur au budget de l’État !

 

Les cotisations pour la retraite ont plus que doublé jusque dans les années 80 où elles ont été gelées à leur niveau de 1979 pour les salaires inférieurs à 1,6 SMIC, c'est-à-dire pour plus de la moitié des salariés, le salaire médian étant à 1,5 SMIC.

 

Pourquoi ce gel ? Parce qu’augmenter les cotisations augmente mécaniquement les salaires ! C’est justement ce que ne veut pas le patronat. C’est grâce à ce gel des cotisations, et la non-augmentation des salaires, que le patronat accapare l’augmentation de la productivité.

 

Tout à l’heure, on disait que le poids des pensions allait augmenter : la question est de savoir qui va payer. Le capital, par la voix de son gouvernement, a une réponse très claire : ce seront les salariés qui paieront. Soit on augmente les salaires, et conséquemment les cotisations, soit on continue à bloquer les cotisations et on allonge le temps où il faut cotiser. C’est pour ça que je te dis que la question des retraites est en fait la question des salaires !

 

Tu sais que certains, à gauche, disent qu’en effet, il faut taxer le capital pour financer les pensions. C’est de la poudre aux yeux : s’ils veulent que le capital paye, qu’ils militent donc pour une augmentation des salaires.


D.R.

 

http://img.over-blog.com/300x56/3/98/30/52/Poing.png

 

 

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans La lutte des classes
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 11:49

urgence-wos (1)

courrier-cgt-urgences-13-08-a.jpg

courrier-cgt-urgences-13-08-b.jpg

 

 

 

LE COMBAT CONTINUE !


Partagez et Faites signer la pétition de la CGT-nord réclamant le maintien de tous les services médicaux à Wattrelos :

http://www.mesopinions.com/petition/sante/contre-fermeture-accueil-soins-urgents-wattrelos/10367

 

http://img.over-blog.com/438x249/0/60/92/05/repertoire-quatre/ars-logo.jpg

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Service public
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 11:34

euro-all.jpg

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



La nouvelle est passée relativement inaperçue dans les médias français, elle est pourtant éclairante : l’État allemand tire des profits financiers substantiels des malheurs des autres pays de la zone euro.


D'après les chiffres publiés par le Ministère des Finances allemand, la crise de la zone euro aura des effets budgétaires plus que positifs pour l'Allemagne : une économie de 41 milliards d'euros dans le paiement des intérêts de la dette, entre 2010 et 2014.


Dans le même temps, selon ce que prétend le Ministère, la crise de la zone euro aurait coûté à l'Allemagne un peu moins de 600 millions d'euros


La raison de ces gains est simple. Avec la perte de confiance des investisseurs dans les pays de la zone euro touchés par la crise, ces derniers préfèrent s'orienter vers des « valeurs refuges », même beaucoup moins rémunératrices.


Depuis 2000, les taux d'intérêts sur les obligations allemandes ont chuté de 1%, avec un taux à la moitié de l'année 2013 de 1,8% contre 4,4% pour les obligations espagnoles, et 10,1% pour celles grecques.


En 2012, l'Allemagne avait même réussi à emprunter à taux négatif sur des emprunts de courte durée. Une situation paradoxale qui permettait à l'Allemagne de gagner de l'argent sur les prêts qu'elle sollicitait.


Le symbole est fort, il est une preuve éclatante de la domination du capital financier sur l'Union européenne actuelle, avec le rôle que joue l'Euro dans cette hégémonie, cassant les appareils productifs des pays voisins (surtout du Sud) et compressant le « coût du travail », c'est-à-dire les salaires et les droits sociaux, au Nord et surtout en Allemagne.


Des chiffres se passent de commentaires.


L'Allemagne est le seul pays à avoir connu un excédent budgétaire en 2012 : 4 milliards d'euros en 2012, soit 0,2% du PIB. A titre de comparaison, le déficit public s'élève à 4,8% du PIB en France, 10% en Grèce et en Espagne.


Ensuite, l'Allemagne est le seul pays à enregistrer des records d'excédents commerciaux : 188 milliards d'euros en 2012, le deuxième chiffre le plus élevé … depuis 1950.


L'Allemagne a même dépassé pour la première fois en 2011 la barre des 1 000 milliards d'exportations, avec une hausse de 3,7% de leur montant par rapport à l'année précédente.


Il ne convient pourtant pas, comme certains populistes, d'opposer l'Allemagne comme un bloc aux nouvelles « nations prolétaires » du Sud de l'Europe mais bien d'identifier les fractures dans chacun des pays.


En Allemagne, plusieurs millions de travailleurs subissent des formes extrêmes de précarité, celles instituées par les lois « Hartz IV », avec son cortège de « mini-jobs » et autres « jobs à 1 euro », qui ne permettent pas de vivre avec moins de 400 € par mois et maintiennent dans l'indignité sociale.


De quoi rappeler que si la crise profite au capital et à l’État allemand qui le sert, elle n'est certainement pas à l'avantage des travailleurs allemands qui en payent la facture !

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Allemagne
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 08:03

24-08-2013_La-Rochelle-5.JPGPour la première fois, RESF n’est pas invité à l’université d’été du PS à La Rochelle
 

 

Voir l'intervention du RESF, en cliquant sur http://resf.info/article47223.html

 


 ************************************

 

Septembre 2013    


Le chapelet des renoncements de M. François Hollande s’égraine au fil des mois. Parmi les promesses non tenues par le candidat devenu Président de   la République voilà seize mois il en est une pour laquelle l’on peut difficilement invoquer la cause budgétaire. Il s’agit du traitement réservé aux enfants de parents en instance d’expulsion du territoire français. Ils continuent d’être enfermés en centre de rétention au mépris des réprimandes européennes adressées à la France en ce domaine. M. Manuel Valls , Ministre de l’Intérieur, semble vouloir demeurer le gardien jaloux de cette honteuse pratique que les citoyens « normaux » souhaitaient ne pas voir survivre au règne calamiteux de M. Nicolas Sarkozy. M. Hollande a-t-il vraiment renoncé à être le « président normal » qu’il promettait de devenir ?

 

Rafraîchissons-nous la mémoire en relisant la réponse qu’avait adressé le candidat François Hollande au  Réseau Education Sans Frontières (Resf) lors de la campagne de l’élection présidentielle 2012. La réponse était claire et nette, semblait sans ambiguïté : « Je serai à cet égard particulièrement attentif au sort des enfants. Sur ce point je prends un engagement : celui de refuser la rétention des enfants. Je répondrai en ce sens précisément à l’appel que vous avez lancé avec l’observatoire de l’enfermement des enfants qui souligne avec force les conséquences de leur rétention. Tel a été également le sens de la condamnation de la France parla Cour Européenne des droits de l’homme dans l’arrêt Popov du 19 janvier 2012. L’intérêt supérieur de l’enfant doit primer. C’est pourquoi des alternatives à la rétention, telle que l’assignation à résidence, doivent être mises en oeuvre dans le cas des familles avec enfants pour lesquelles une procédure d’éloignement est en cours. »

 

Rappelons également que M. Hollande était alors le candidat du Parti Socialiste dont il avait remporté les Primaires quelques mois auparavant. C’est dire si le candidat ne parle pas en son   seul nom à l’époque. Il se souvient bien sûr du communiqué du Parti socialiste du 23 septembre 2009 : « Le Parti socialiste, lors de la réunion de son Secrétariat national du 23 septembre, a décidé de signer l’appel lancé par le Réseau Education Sans Frontières, pour le respect par l’Etat des droits de l’enfant et de sa famille. Qu’il s’agisse de démembrement des familles lorsqu’un des deux parents est expulsé, ou de la mise en rétention des enfants avec leurs parents menacés d’expulsion en centre de rétention administrative, les droits des enfants sont mis à mal par la politique actuelle du gouvernement. Pour le Parti socialiste, l’intérêt supérieur de l’enfant doit rester au premier plan. Le maintien de l’unité familiale doit devenir la règle, mais ne doit plus servir de prétexte à l’enfermement d’enfants. » Là aussi les choses étaient clairement dites.

 

Après les paroles viennent les faits. Ainsi, la famille Mejidov, un couple tchétchène et ses deux  enfants, Ramyi (2 ans et demi) et Riyad (3 ans et demi), a été enfermée au Centre de rétention administrative de Rennes du 21 au 29 juillet dernier. Le 29 juillet, à 2 heures 30 du matin, la police est venue les chercher au CRA pour leur expulsion du territoire français. Ils se sont barricadés dans leur chambre et tentent de résister. C’est évidemment peine perdue face à la détermination des policiers. Les parents sont menottés, les deux jeunes garçons habillés par « les forces de l’ordre ». A 4 heures 15, ils sont embarqués à bord de deux véhicules qui font route vers Roissy où un avion pour Varsovie doit décoller à 9 heures 45 ((vol AF1146). On ne sait pas dans quelles conditions le vol s’est effectué pour eux. En revanche, ce que l’on sait par des militants de Resf présents devant le CRA de Rennes c’est qu’entre 2 heures 30 et 4 heures 15 du matin les deux enfants ont beaucoup crié. C’est ainsi que la famille Mejidov a été expulsée de notre pays sans que sa demande d’asile politique ait été examinée.   

 

Depuis l’élection de M. Hollande, au moins une vingtaine d’enfants, certains âgés de quelques mois seulement, ont été enfermés dans divers centre de rétention. Il s’agit probablement de l’un de ces « effets co-latéraux inévitables » de la politique du chiffre à laquelle tous les « préfets de la République » avaient été sommés de donner des gages sous la magistrature précédente et à laquelle M . Valls ne semble pas prêt à renoncer. Comment ne pas ajouter à cet indéniable manque d’humanité l’expulsion de pères ou de mères ayant de jeunes enfants scolarisés en France depuis plusieurs années ? M. Inacio Mendes Semedo, capverdien de 48 ans, vivait en France depuis 13 ans. Il habitait Montfermeil (Seine-Saint-Denis) avec sa compagne Béatrice, française, et son petit garçon de 5 ans, né d’une précédente union. Nicolas était scolarisé en maternelle, à Gagny. Naturellement, son père s’occupait de lui et participait à son éducation. M. Mendes Semedo a été arrêté le 30 mai dernier, à 7 heures du matin, à la gare RER de Gagny, alors qu'il se rendait à la sous-préfecture du Raincy afin de se renseigner sur l'avancement de sa demande de titre de séjour déposée en juin… 2012. Il a immédiatement été conduit au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, près de Roissy.

Son expulsion a été organisée pour le 9 juin, soit une semaine exactement avant la fête des pères !

 

Hélas, les deux affaires brièvement relatées ici sont prises parmi de trop nombreuses histoires de vies abîmées par la froideur et l’imbécillité d’une politique indigne d’hommes prétendant être de gauche. Elles suffisent à nourrir notre colère et notre écoeurement. Ces gens que l’on maltraite ainsi et dont le seul crime est de ne pas posséder les papiers requis ne sont évidemment en rien responsables des divers aspects de la crise que traverse l’Europe. En faire des boucs émissaires est un penchant particulièrement minable. M. Valls, vous êtes bien le digne successeur des sinistres Hortefeus et Guéant !

 

http://www.yanninfo.fr/Photo_YF.jpgYann Fiévet 

Économiste, enseignant depuis plus de 30 ans, auteur d'ouvrages, chroniqueur de presse, président d'associations, animateur de conférences et débats...

 

 

www.yanninfo.fr/
Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Politique
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 07:25

Le JT de 20h de France2, ce dimanche 25 août, prépare les Français à une guerre contre la Syrie.

 

par Jean LEVY

 

La présentation des évènements concernant la Syrie - la "certitude" affichée de la responsabilité des autorités de Damas dans une attaque meurtrière aux gaz toxiques, le fait que "la ligne rouge" est de fait "dépassée",le  recours à l'intervention militaire occidentale deviendrait inéluctable !


Pour Laurent Fabius, plus boute-feu que jamais,  dans une déclaration effectuée en Israël où il séjourne, "il n'y a pas de doute, le gouvernement syrien est responsable" (alors qu'une mission de l'ONU, opérant sur place commence seulement demain son enquête...), et, pour lui,  "une opération armée occidentale est nécessaire" !


Déjà les gouvernements des Etats-unis, de la France et de la Grande-Bretagne se concertent. Et le JT de France2 laisse entendre que si le Conseil de sécurité écartait toute  solution militaire, du fait des vetos probables de la Russie et de la Chine, "les Occidentaux pourraient passer outre, comme ils l'ont déjà fait en Yougoslavie en 1998"... Donc en violation ouverte du droit international !


Voilà où nous en sommes en cette fin août 2013 ...


Nous sommes-là en pleine préparation médiatique d'une nouvelle guerre impérialiste.  Les aventures désastreuses d'Irak, d'Afghanistan et de Libye ne semblent pas avoir servi de leçon. Les initiatives françaises en Côte d'Ivoire et au Mali montrent que les intérêts impérialistes pèsent plus lourds que l'intérêt national. 


Nous avons voulu alertre l'opinion dès ce soir pour que celle-ci réagisse et vite.

Diffusez les nouvelles, faites connaître votre opposition à l'intervention militaire "au nom de la France", contre le gouvernement souverain de Syrie, en violation flagrante du droit international.

 

Il faut qu'une vague de protestation summerge le pays et empêche le crime qui se prépare.

"canempechepasnicolas" regrette que sa première information de rentrée soit d'une telle gravité. Ce qui justifie notre article précédent

 

INFO REUTERS

sur l'acceptation de Damas d'un contôle de l'ONU :

 

(Reuters) - Quatre jours après l'attaque chimique présumée de mercredi près de Damas, le pouvoir syrien a accepté dimanche que des inspecteurs de l'Onu se rendent sur le site, tout en avertissant qu'une intervention militaire des Etats-Unis en Syrie provoquerait "l'embrasement du Moyen-Orient".


Les inspecteurs de l'Onu pourront se rendre sur place à partir de lundi, ont annoncé les Nations unies qui précisent que les autorités syriennes ont promis d'observer un cessez-le-feu durant la visite des inspecteurs sur le site.


Cet accord de principe, annoncé à la télévision publique syrienne à partir d'un communiqué du ministère des Affaires étrangères, intervient 24 heures après l'arrivée à Damas d'une émissaire de l'Onu, la haute représentante des Nations unies pour le désarmement, Angela Kane.


Celle-ci a été reçue dimanche matin par le chef de la diplomatie syrienne, Walid al Moualem. Le ministre a "souligné la volonté de la Syrie de coopérer avec une équipe d'enquêteurs pour faire apparaître le caractère mensonger des allégations de groupes terroristes selon lesquels les troupes syriennes ont recouru à des armes chimiques dans Damas".


Des inspecteurs de l'Onu sont déjà en Syrie depuis le 18 août pour vérifier des allégations de précédentes attaques à l'arme chimique, mais ils n'avaient jusqu'à présent pas l'autorisation de se rendre sur ces sites-là, situés dans la périphérie de la capitale.


La télévision officielle syrienne a diffusé des images de chars pénétrant dimanche dans le quartier de Jobar, dans l'est de Damas, qui aurait été touché par les attaques présumées au gaz innervants. D'après des opposants à Damas, l'armée a fait usage de missiles sol-sol et de pièces d'artillerie dans le secteur.


Et les réactions occidentales :


PRATIQUEMENT PLUS DE DOUTE


Après s'être montrées particulièrement prudentes, les puissances occidentales se disent de plus en plus persuadées de la réalité de l'attaque chimique et de la responsabilité des forces liées au pouvoir syrien dans cette affaire.

Samedi, Barack Obama et ses conseillers à la sécurité ont passé au crible les différentes possibilités à leur disposition. Dimanche, un haut responsable du gouvernement américain a fait savoir que les Etats-Unis n'avaient pratiquement plus de doute sur la réalité des faits révélés par l'opposition syrienne et que le président Barack Obama étudiait la réponse à apporter.


"Basé sur le nombre annoncé de victimes, sur les symptômes de ceux qui ont été tués ou blessés, sur les récits des témoins et sur d'autres faits rassemblés par diverses sources, par les services de renseignements américains et leurs partenaires internationaux, il y a peu de doute à ce stade qu'une arme chimique ait été utilisée par le régime syrien contre des civils dans cette affaire", a-t-on déclaré à Reuters.


"Nous continuons à étudier les faits de sorte que le président puisse prendre une décision circonstanciée sur la façon de répondre à cet usage sans discernement d'armes chimiques", a-t-on ajouté en soulignant qu'une décision "tardive" du pouvoir syrien d'autoriser l'accès au site "serait considérée comme trop tardive pour être crédible", notamment en raison de l'altération des preuves due aux bombardements du régime.


LIGNE ROUGE


La Syrie et ses alliés ont par avance mis en garde contre une intervention militaire.

Une initiative militaire sous l'impulsion des Etats-Unis "aurait des conséquences très graves et créerait une boule de feu qui embraserait le Moyen-Orient", a réagi le ministre syrien de l'Information Omran Zoabi, cité dimanche par l'agence de presse officielle Sana.

A ce moment-là, il laissait encore entendre que les experts de l'Onu présents en Syrie ne seraient pas autorisés à se rendre sur les lieux du bombardement de mercredi.


L'Iran a également lancé un avertissement à la communauté internationale.


"L'Amérique connaît la ligne rouge sur le front syrien et tout franchissement de cette ligne rouge syrienne aurait de graves conséquences pour la Maison blanche", a déclaré dimanche le général Massoud Jazayeri, chef d'état-major adjoint de l'armée iranienne, cité par l'agence de presse Fars.


Les consultations se poursuivent toutefois entre les grandes puissances. Le Premier ministre britannique David Cameron s'est entretenu samedi de la situation en Syrie avec Barack Obama et dimanche avec le président français François Hollande.


François Hollande et David Cameron "ont convenu de se consulter dans les plus brefs délais sur les réponses à apporter à cet acte intolérable", a fait savoir l'Elysée.

François Hollande a eu d'autre part un autre entretien, avec le Premier ministre australien Kevin Rudd, alors que l'Australie doit assurer la présidence tournante du Conseil de sécurité de l'Onu au mois de septembre.

Depuis que l'opposition a accusé le régime de Bachar al Assad d'avoir lancé l'attaque chimique de mercredi, l'afflux d'armes destinées aux rebelles s'est accru, a déclaré à Reuters un responsable des insurgés.

 

Ces dernières 24 heures, les insurgés syriens ont reçu 400 tonnes d'armes envoyées par leurs soutiens dans les pays du Golfe, ce qui représente l'une des plus grosses livraisons de ce genre en deux ans et demi de soulèvement, a-t-on déclaré de source proche de l'opposition.


Et la réaction de Laurent Fabius

"Tout indique que le régime syrien a perpétré une “attaque chimique” cette semaine près de Damas. Toutes les informations dont nous disposons convergent pour dire qu’il y a eu un massacre chimique près de Damas et indiquer que c’est le régime de Bachar el-Assad qui en est à l’origine.  

 L’information que nous avons, montre que ce massacre chimique est d’une telle gravité que, bien évidemment, celui-ci ne pourra pas rester sans réaction forte".

 

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-alerte-les-occidentaux-dont-la-france-prets-a-la-guerre-contre-la-syrie-par-jean-levy-119704523.html

 

************************


Entretien avec Ayssar Midani, membre et fondatrice du Comité de Coordination pour la Défense de la Syrie, et qui se trouve actuellement à Damas.

 


 

 

 

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Internationnal
commenter cet article
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 08:24

25 Août 2013 , Rédigé par Le Mantois et Partout ailleurs

 

La France, anciennement patrie des droits de l'homme et du citoyen qui donna cette chaude espérance au monde entier, qu'es-tu devenue? Il n'est pas un jour où l'arbitraire s'abat sur les petits, ceux dont les pères ont élevé des barricades pour chasser les rois et les tyrans, ceux qui sont sortis de la mine ou descendus des collines contre l'occupant nazi et ses valets du régime de Pétain.

 

Il n'est pas un jour où un syndicaliste est traité comme le pire des malfaiteurs pour avoir défendu le droit de vivre dignement de son travail.


Pendant ce temps, les financiers et les puissants se gobergent toujours plus dans leur clos où ils se permettent tous les droits, comme celui d'échapper à la justice.


Voici comment la direction SNCF de la région Auvergne traite ses cheminots, une info de France inter:


Après Brétigny, la SNCF verrouille sa com'


"La violation de l'obligation de discrétion et de loyauté peut être une cause réelle et sérieuse de licenciement"... Voilà le genre de phrase qu'on peut lire dans l'avis diffusé le 5 août dernier par la direction régionale Auvergne Bourgogne-Ouest à ses salariés. L'avis rappelle les règles édictées par la Direction des ressources humaines sur les relations avec les médias : interdiction d'introduire des personnes dans les emprises SNCF, obligation de discrétion et de confidentialité et obligation de loyauté. Un rappel qui fait suite à des articles et interviews, nombreux après l'accident mortel de Bretigny. Des cheminots y dénonçaient la dégradation de l'entretien du réseau ferré. Le document apporte de l'eau au moulin des syndicats, qui pointent, y compris au niveau national, le silence imposé par l'entreprise. 


"La SNCF a horreur qu'on souligne ses responsabilités et cherche à museler les syndicalistes", dénonce Julien Cabanne secrétaire général de la CGT cheminot en Auvergne. Lui et deux autres cheminots de la région font d'ailleurs l'objet d'une procédure disciplinaire engagée fin juillet par leur direction régionale."

 

La patrie des droits de l'homme et du citoyen est donc devenue, en ce qui concerne la SNCF:"Ferme ta gueule cheminots, sinon je te lourde". Tout cela avec la bénédiction de Guillaume Pépy son pdg, chouchou de Martine Aubry dont il était directeur de cabinet et qui vient d'être re-adoubé par François II à son poste.


La région Auvergne et sa ville de Vichy qui accueillit le gouvernement collaborationniste de Pétain et de ses sbires de 1940 à 1944... Lugubre rappel à l'histoire et au slogan de ce pouvoir fascisant et ignoble:


http://desinroc.free.fr/chrono3/image/propagande.JPG

 

Alors, m'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un autre monde, cheminots et citoyens de France, où les compétences professionnelles des salariés seront reconnues et rémunérées à leur juste valeur, où la gestion entière de la société sera l'affaire du peuple souverain?


Actuellement, l'Elysée poursuit la même politique de droite que Nicolas 1er. Il ne sert à rien de vouloir le convaincre par des mots, les plus explicites soient-ils pour le progrès et la justice sociale.François II, ses chambellans et ses valets ont choisi leur camp.


Lundi, il dévoilera sa réforme capitaliste des retraites, la retraite solidaire et par répartition que les Libérateurs de la France donnèrent au peuple en piochant dans la poche du patronat et pas ailleurs, alors que le pays était pourtant en ruine. (Loi du 22 mai 1946 sur la Sécurité sociale).


Le 10 septembre prochain et de suite après, comme vous y invitent la CGT, FO, la FSU et Solidaires, devenez les citoyens de votre propre destin. En Auvergne, en Seine-Maritime et partout ailleurs.

http://cgttcar.e-monsite.com/medias/images/manif-10-09-13-2.jpg

Roger Colombier

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans La lutte des classes
commenter cet article
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 07:29

Samedi 24 aout 2013 par  Panagiotis Grigoriou  . Historien et Ethnologue

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dXF5ACx4o
Depuis nos cinq hôpitaux athéniens supprimés de la semaine dernière, le temps est à l’évacuation des malades. “Il faut dire que les sociétés ne changent pas facilement et tous ceux, qui n'arrivent pas à s'adapter, alors ils meurent”, avait déjà affirmé dans un tweet Adonis Georgiadis, ministre de la “Santé” d’Antonis Samaras et ancien du parti d’extrême-droite, LAOS. Août finissant, été décidément rigide et... murmure troïkanne: “C’est la compétitivité qui compte avant tout, la Grèce n'est plus un problème, même si, sa population devrait disons-le diminuer suite à la politique d'ajustement économique qui d’ailleurs, est loin de s’achever

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dXF1ACx4o

“Autrefois, c'étaient les chars...”. Athènes, le 22 août


Donc la mort, rien que la mort et pas que dans l’âme. “Autrefois, c'était des chars, à présent ce sont les banques”, d’après ce graffiti d’un mur d’Athènes, ayant valeur de marqueur socioculturel dans un sens.

 

Nous finissons par comprendre peu à peu. En attendant, les rues d’Athènes restent encore assez vides. Nous attendons la reprise... de la crise avec la rentrée “définitive” pour lundi prochain, ou pour celui d’après. Et nos écrivains, à l’instar de Yannis Xanthoulis, remarquent enfin que cet été, même la pleine lune des aoûtiens romantiques, n’aurait pas accompli son habituel (petit) miracle, “Quotidien des Rédacteurs” du 24 août. 

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dXFxACx4o

Athènes, le 22 août


Sur la place de la Constitution, l’incontournable kiosque des vendeurs de petits pains restera fermé jusqu’à lundi 26 août, c’est vrai que l’essentiel de leur clientèle se compose de travailleurs ou plutôt de chômeurs et de flâneurs “se déplaçant en local” comme on dit. Ceux, qui apprécient enfin toute la consistance du petit pain du matin à moins d’un euro. Le temps des sandwiches leur serait alors révolu. “Désutopie” ainsi consommée... car à présent, ce sont évidemment les banques. 

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dXFtACx4o

Le kiosque, place de la Constitution. Athènes, le 22 août


Les touristes, toujours nombreux quant à eux, auront éventuellement remarqué sur cette même place, ses monuments déjà assez discrets, mais fraichement nettoyés des graffitis et autres... “souillures” des manifestations de l’hiver et du printemps dernier. C’est vrai qu’ils sont si beaux à voir... et c’est tout autant vrai, comme vient de nous le rappeler le “Quotidien des Rédacteurs” cette semaine, rien que pour 2012 en Grèce, les statistiques officielles ont dénombré 5.654 manifestations, lesquelles ont mobilisé sur le terrain comme on dit, 171.423 policiers. 

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dXFpACx4o

Monuments nettoyés place de la Constitution. Athènes, le 22 août


Sauf que le mémorandum n’a pas bougé d’un seul pouce. Les mendiants “attitrés” de la place de la Constitution ou des chiens errants mais répertoriés car parfois soignés, non plus. Toutefois, j’ai remarqué l’absence de certains mendiants aux alentours du 15 août, mais voilà qu’ils reviennent... comme les autres. Il n’y a que Venizélos du PASOK et du “gouvernement” qui, tout en poursuivant ses vacances dans les Sporades, réclame alors... comme il peut, le jet du “gouvernement de la République”, afin d’effectuer ainsi un nécessaire aller-retour à Bruxelles, pour lui ainsi que pour son épouse, leur évitant les fracas, dans la mesure où leurs vacances se prolongeront encore un peu, toujours d’après le “Quotidien des Rédacteurs” du samedi 24 août. 

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dXFlACx4o

Place de la Constitution. Athènes, le 22 août


http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dXFhACx4o 

Mendiant de retour, place de la Constitution. Athènes, le 22 août


Certaines “fuites” (ou fuites) dans la presse ces derniers temps, révéleraient qu’à part Venizélos, “on aurait aperçu José Manuel Barroso naviguant dans les Sporades, ce dernier bénéficiant de l'hospitalité qui lui aurait été offerte par le propriétaire d'un grand yacht”. C’est alors vrai qu’en Grèce, nous ne connaissons pas qu’un temps de chien, quoi qu’on en dise, et de toute manière, cette “information” appartient à l’insignifiance.

Car nos soucis sont bien ailleurs. Madame Anna, une habitante du centre-ville depuis 1947 d’après ses dires car elle le répète sans cesse sans que l’on sache pourquoi, a provoqué un véritable... scandale l’autre jour dans sa rue à propos d’un chien, que son propriétaire laisse enchaîné durant plusieurs jours dans une cour d’une de ces “maisons d'époque” comme on dit, qui plus est, abandonnées depuis bien avant la dite “crise”: “Ce n'est pas possible. Penser que cette bête ne survivra qu'avec un peu d'eau et de nourriture. C’est nous qui l’apportons d'ailleurs à travers les grilles du portail. Il va falloir faire quelque chose, je vais dénoncer ce type à la police, paraît-il que c’est un Polonais”.

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dXFdACx4o

Le chien enfermé. Athènes, le 22 août


Pauvre chien, surtout... si c’est un Polonais. Le même jour dans ce quartier délabré du centre, j’ai remarqué ces drapeaux noirs sur la façade d’un établissement hospitalier: “Non à la fermeture”. Depuis, les malades ont été évacués. Visiblement... ils n’auraient pas été adaptés à la rigidité de l’été 2013. Et sans doute moins que le chien. 

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dXFZACx4o

Drapeau noir sur un établissement hospitalier. Athènes, le 22 août

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dX19ACx4o

Évacuation des malades à Athènes. “Quotidien des Rédacteurs” du 23 août 


Et pendent que les malades d’Athènes se faisaient évacuer, le camping municipal sur l’île d’Amorgos, devenu autogéré en juillet dernier, a été à son tour évacué trois semaines après son ouverture, car la mairie s’est soudainement rappelé du “vide juridique” et certainement des communiqués de l’Aube doré pour qui “ces anarchistes qui ne se lavent jamais, partent désormais à l'assaut des campings dans nos îles, il va falloir en finir avec ça”, “Quotidien des Rédacteurs” du 24 août.

J’ai aussi remarqué... comme par hasard ces derniers jours, une affiche sur un mur, annonçant une conférence dont le thème fut l’action des paramilitaires Grecs, ceux qui avaient servi sous l’ordre des occupants Allemands et du “gouvernement” de la Collaboration. L’histoire ne répète pas, cependant... l’Obsolescence de l’Homme n’est plus à prouver, et par un tel été finissant. 

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dX15ACx4o

“Les paramilitaires de la Collaboration”. Athènes, août 2013


Le voisin Christos n’a même pas de quoi mettre un peu d’essence au réservoir de sa voiture, rien que pour se rendre sur la plage en ce moment, sa femme et lui sont au chômage. Mon ami Ph. et pour cette même raison, s’enferme chez lui, ne voyant plus personne. C’est vrai que depuis un an, notre sociabilité encaisse un coup sévère. Peut-être parce que déjà et depuis la Troïka, la Grèce a perdu plus d’un tiers de son industrie d’après nos économistes ainsi qu’une petite moitié des emplois du secteur privé. Seul notre autre voisin Costas est parti en vacances à Paros et pour une petite semaine. Dans l’immeuble, c’est le seul à avoir conservé son activité de dentiste, de même que son épouse, toujours employée dans le privé. Un cas rare.

Dans un entretien accordé au “Quotidien des Rédacteurs” daté du samedi 24 août, alors vétéran d’une certaine gauche britannique, Tony Benn, affirme que “la Grèce n’est plus gouvernée par elle-même. Et au sein de l’Union Européenne, il ne faut aucunement espérer une quelconque solution venue d’en bas, c'est-à-dire des peuples, ni d’en haut, autrement-dit de la Commission de Bruxelles. Et ceci, parce que les vraies décisions au sein l’Union Européenne sont prises par ceux pour qui, il est impossible de voter. Il n’y a pas de démocratie au sein de l’Union Européenne”. Effectivement, et déjà la Troïka, c’est l’incontournable mécanisme de la méta-démocratie, on le sait aussi. C’est vrai qu’autrefois, c’étaient les chars.

Derrière leurs grilles, nos adespotes nous regardent quelque peu ahuris. Il faut dire que les sociétés ne changent pas facilement. Décidément ? 

 

http://greek-crisis.org/@xternS/photos/clqc.php?img=Tn95fHJkeV9dX11ACx4oAdespote. Athènes, le 22 août

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Grece
commenter cet article
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 07:10

http://s1.lemde.fr/image/2013/07/11/534x267/3446579_3_e69d_des-professeurs-grecs-manifestent-a-athenes_3d5df2326aec8ad31818cfb0c416ec2f.jpg

 

 

Le gouvernement grec annonce la mise en disponibilité de 25000 fonctionnaires d’ici la fin de l’année dont 12 500 fin septembre, en application d’une loi votée par le parlement grec, le 18 juillet 2013 décidant la réduction du secteur public. Telle est l’une des exigences des bailleurs de fonds de la troÏka pour verser en tranches échelonnées jusqu’en octobre un prêt de près de 7 milliards d’euros.


Policiers municipaux, enseignants, agents hospitaliers et des collectivités territoriales vont fournir l’essentiel de ce contingent qui touchera seulement 75% de son salaire mensuel les huit prochains mois, soit 675 euros, avant d’être licenciés de la fonction publique ou d’accepter une mutation.


Huit hôpitaux d’Athènes et Salonique seront transformés en centres de soins aux prestations réduites.

Le transfert des patients et des personnels a déjà commencé.

3 500 policiers municipaux seront mis en disponibilité le 23 septembre. 6 000 postes sont supprimés pour cette rentrée dans le second degré – dont celui du président du syndicat OLME. Une cinquantaine de filières de l’enseignement technique dont celles des aides-soignants, des assistants dentaires et des assistants pharmaciens sont également supprimées.

 

Le syndicat des travailleurs hospitaliers n’a pas exclu vendredi un front commun avec les syndicats enseignants qui doivent décider la semaine prochaine d’un appel à la grève illimitée dans les écoles à partir de la rentrée prévue la semaine du 9 septembre.

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Grece
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 08:34

24 Août 2013 , Rédigé par Le Mantois et Partout ailleurs

 

http://l.yimg.com/bt/api/res/1.2/QE.i02TdWl75WNf74u5tVA--/YXBwaWQ9eW5ld3M7cT04NTt3PTYwMA--/http://media.zenfs.com/fr_FR/News/Public/L-Amour-est-dans-le-pre-2013-suivez-le-dixieme-prime-en-live_paysage_460x380.jpg

 

Pardon de la taxe "contribution climat énergie". Comme de nombreux militants écolos se demandent ce que EELV fout au gouvernement du père la rigueur pour le peuple mais pas pour les riches, le ministre socialiste de l'Ecologie est venu leur apporter une bonne nouvelle.


Attention pas sur les OGM ni sur l'exploitation du gaz de schiste. Pourtant, cela, si l'Elysée y apposait son veto formel face à Bruxelles du grand capital, ce serait une victoire de la souveraineté nationale, de l'environnement et pour l'humain.


Mais non, pour convaincre donc les écolos (pas leurs 2 ministres bien au chaud eux au gouvernement), l'écologiste (sic) au service de François II a sorti la "contribution climat énergie" de son chapeau de vieux magicien social-démocrate.


Les bobos de EELV (ces ex-gauchistes reconvertis dans la gestion libérale du pays tout en restant gauchistes -oui, je sais, c'est un peu compliqué) ont applaudit à deux mains. Bravo, il faut taxer ces salopards de pollueurs qui salissent notre nappe blanche lorsqu'on prend le thé dehors dans notre résidence secondaire!


Mais, si les médias ont salué avec cette taxe une victoire des écolos, beaucoup d'adhérents de EELV, les vrais écologistes ancrés à gauche pour le progrès social, ont eu l'impression que cela n'était qu'un leurre pour permettre à Cécile Duflot et à l'autre ministre vert dont on ne connait pas son ministère de demeurer assis dans leurs fauteuils de ministre.


Deuxio, une taxe carbone qui ne dit pas son nom, c'est une taxe de plus sur la margoulette de ceux qui n'ont pas d'autres moyens de prendre leur bagnole diesel pour le turbin, de labourer un champ avec un vieux tracteur ou de se chauffer au fuel, certains dans des logements pas isolés pour un rond faute justement de rond. Et ça, camarades, ce n'est pas bon du tout.

 

Alors, les chambellans de François II ont inondé les médias, car même son de cloche divergeant à la grand-messe du PS qui se voulait rassemblé.


En premier lieu, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de la propagande de l'Elysée: « Il ne s’agit pas de créer une nouvelle taxe, il s’agit de verdir des taxes déjà existantes sur l’énergie. Tout cela sera présenté au mois de septembre avec l’ensemble du projet de loi de finances. »


Et Cécile Duflot, ex-grand sachem des Verts actuellement en charge du Logement et de l'Egalité des territoires (faudrait qu'on m'explique quoi que c'est que ce binze) a juré que c’était « tout le contraire d’une taxe carbone ».


J'en passe et des meilleurs...

 

En ce moment, par le gel du barème de l'impôt sur le revenu, mesure adoptée par Sarkozy et reconduite par Hollande, le bon peuple des contribuables va casquer au moins 2% en plus pour 2013.

 

Au 1er janvier 2014, tous les sujets de François II verront la TVA augmenter. Et qu'en sera-t-il de la CSG, taxe créée par Rocard en 1990, premier ministre socialiste de François1er dit Mitterrand dont Jospin, autre ministre PS, l'avait diablement augmentée (7,5%) en 1998? Pour les autres augmentations (tarif de l'énergie, prix des légumes et des fruits, etc), j'en passe aussi et des meilleurs.


Par contre, en ce 1er juillet 2013, 0+0= la tête à toto pour le SMIC, mais un feu d'artifice pour le CAC 40.

 

Qui qu'en veut encore de ce gouvernement?


Il y en a encore qui se gratouille pour les municipales de mars 2014: au premier tour, on y va ou on n'y va pas avec les maires tenants de l'Elysée?  Merde alors.

 

Roger Colombier

 


 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Politique
commenter cet article