Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • Le blog de Comite pour une Nouvelle Resistance- CNR
  • : L’association, s’inspirant des idéaux et des réalisations énoncés et établis par le Conseil National de la Résistance (C.N.R.) a pour but la mise en œuvre de réflexions, d’initiatives et d’actions visant à faire naître et vivre une « Nouvelle Résistance » favorisant la défense des conquêtes des mouvements sociaux de notre République.
  • Contact

comité pour une nouvelle résistance C N R 06

Rechercher

Lucie Aubrac résistante

St André des Alpes / 9 /07/11

Comité pour une Nouvelle Resistance- CNR / St André des Alpes / 9 / 07/ 11

 

Explication du maire , des raisons pour lesquelles  lui  et son équipe aient refusé le matin meme l'accès  à la salle alors que cette journée était prévue , organisée de longue date ...

Tout se termina bien  , Monsieur le maire et son équipe  ont fini par " capituler "  face à l'indignation de nos résistants d'hier...

15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:22

Les groupes Medvedkine : quand le cinéma est militant

Publié le 14 avril 2014 sur Paris- luttes . info 

 

Des ouvriers de Besançon et de Sochaux, formés au cinéma par une poignée de techniciens du cinéma et des cinéastes militants comme Chris Marker, Joris Ivens ou J-L Godard choisissent de s’associer librement sous le nom de groupes Medvedkine [1] et de consacrer du temps, de l’énergie, de la réflexion, à faire des films ensemble, à décrire les conditions de vie des ouvriers et leurs revendications.

 

http://paris-luttes.info/chroot/mediaslibres/ml-paris/ml-paris/public_html/local/cache-vignettes/L535xH348/medvedkine-42d35.jpgSix heures de films, documentaire sur la fin d’une certaine utopie prolétaire. Six heures et sept années où les travailleurs se réapproprient le cinéma, détournent son instrumentalisation bourgeoise, transforment un outil pour « abrutir les masses » en témoignages de leur vie.

 

Regarder les films :

Besançon

À bientôt, j’espère (Chris Marker et Mario Marret, 1967-1968)

 


« Aux patrons, parce que la solidarité, vous savez pas ce que c’est, on vous aura et à bientôt j’espère. »

http://paris-luttes.info/chroot/mediaslibres/ml-paris/ml-paris/public_html/local/cache-vignettes/L355xH388/medvedkine_a_bientot-d33e3.jpg

Chris Marker filme la grève dans la filature de Rhodiaceta (groupe Rhônes-Poulenc) de Besançon en 1967, à la demande de Pol Cèbe, bibliothécaire de l’usine qui envisage un projet où les ouvriers pourraient prendre en main leur émancipation par la réappropriation d’une culture détenue par la bourgeoisie.


La Charnière (son seul, 1968)


« Une bande-son sans images. Cet enregistrement sonore restitue la réaction à chaud des ouvriers lors de la projection d’A bientôt j’espère de Chris Marker et Mario Marret. Le réalisateur recueille nombre de griefs. Le « film » s’ouvre sur un ouvrier criant au scandale : « Le réalisateur, c’est un incapable (…) c’est l’exploitation des travailleurs de Rhodia par des gens qui luttent contre le capitalisme ». Cette bande-son se termine par cette phrase de Mario Marret : « On n’a pas besoin de sortir de l’IDHEC ou de Vaugirard pour faire de l’audiovisuel ».


Classe de lutte (1968)

 


 

Le premier film réalisé par les ouvriers du Groupe Medvedkine. Il suit la création d’une section syndicale CGT dans une usine d’horlogerie par une ouvrière dont c’est le premier travail militant en 1968. Comment Suzanne réussit à mobiliser les autres femmes de l’entreprise, malgré la méfiance des autres dirigeants syndicaux et les intimidations du patronat ?


http://paris-luttes.info/chroot/mediaslibres/ml-paris/ml-paris/public_html/local/cache-vignettes/L614xH158/spip-795ef.jpg

 

Rhodia 4/8 (1969)

Colette Magny accompagne en chanson les images de ce film.

 

http://paris-luttes.info/chroot/mediaslibres/ml-paris/ml-paris/public_html/local/cache-vignettes/L614xH461/rhod2-e6eef.jpg

 

L’expérience du travail est la même pour les ouvriers, embauchés à Kelton ou à Augé. Aux questions posées, les mêmes réponses et cet épuisement physique et moral.
"À quelle heure embauchez-vous ?", "à quelle heure rentrez-vous chez vous ?"… "5h00", "20h00" répondent-ils tous en chœur, "on bouffe et on va au lit".


Nouvelle société 5, « Kelton » (1969)

 

Les conditions de travail dans l’horlogerie Kelton-Timex : les ouvrières travaillant comme des marionnettes, les évanouissements, les accidents et en guise de prime de la « Nouvelle Société », Sylvie Vartan venant chanter à l’atelier…


Nouvelle société 6, « Biscuiterie Buhler » (1969)

 


 

Une petite fille dont la mère travaille à la biscuiterie Bulher et le père est routier, raconte sa vie. Une vie familiale désagrégée par le travail. Le monde des travailleurs vu à travers les yeux de leurs enfants.


Nouvelle société 7, « Augé découpage » (1970)


Dans une usine de contacteurs électroniques, les conséquences sur la vie des ouvriers, de la pression des grandes entreprises sur les petites : les cadences s’accélèrent, la tension monte, les accidents deviennent plus fréquents et plus graves ; un ouvrier perd sa main dans une presse.


Lettre à mon ami Pol Cèbe (Michel Desrois, 1971)


Le Traîneau-échelle (Jean-Pierre Thiébaud, 1971)

Poème accompagné de photos du réalisateur.

Sochaux

Sochaux, 11 juin 1968 (1970)


 

11 juin 68 !
22ème jour de grève à Peugeot Sochaux, 4 heures du matin. Les ouvriers de grève qui viennent relever les piquets de grève trouvent leurs camarades matraqués. En une journée, 150 blessés, 2 morts.


Les Trois-quarts de la vie (1971)

 Week-end à Sochaux (1971-1972)

 
Avec le sang des autres (Bruno Muel, 1974)

 


http://paris-luttes.info/chroot/mediaslibres/ml-paris/ml-paris/public_html/local/cache-vignettes/L480xH360/hqdefault-2-b008b.jpg

 

Robert Peugeot, le château Peugeot, l’usine Peugeot… Peugeot est partout, Peugeot organise la région autour de l’usine, pas de villes mais ces cités dortoirs d’ouvriers. Une déshumanisation où les ouvriers isolés dans le Doubs par leurs travail à la chaîne ont cette sensation que Peugeot leur bouffe les mains. L’esclavage de la chaîne, au-delà du vol du travail, la spoliation de tous les aspects de la vie du travailleur, dans une ville, des magasins, des transports, des distractions qui tous appartenaient à l’empire Peugeot.


Septembre chilien (Bruno Muel et Théo Robichet, 1973)

 


 

En 1973, les réalisateurs se rendent à Santiago du Chili et filment la ville.

 
"J’ai appris la nouvelle du coup d’Etat par la radio, le matin du 12 septembre 1973, et j’ai pris la décision de partir filmer au Chili. J’ai appelé Théo Robichet, avec la certitude qu’il serait d’accord. Théo était preneur de son, j’étais preneur d’images. Nous étions à l’époque engagés dans l’aventure des groupes Medvedkine, lancée en 1967 à Besançon par Chris Marker et qui se poursuivait à Sochaux. Avec nos amis, ouvriers à la chaîne chez Peugeot, comme dans tous les groupes militants, nous parlions souvent du Chili. Ce qui se passait là-bas nous était proche." (Bruno Muel)

http://paris-luttes.info/chroot/mediaslibres/ml-paris/ml-paris/public_html/local/cache-vignettes/L614xH878/septembre_chilien-10bec-9c00b.jpg

En plus : 
Un son de Arte radio sur les groupes Medvedkine http://www.arteradio.com/son/243/gr...

P.-S.

Les témoignages autour de l’expérience des groupes Medvedkine sont les bienvenus !
Si des témoins, acteurs, techniciens, cinéastes veulent raconter leur expérience, pratique autour de ces groupes, qu’ils/elles contactent par mail Paris-luttes :
contact paris-luttes@riseup.net

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Films - Docs
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 10:51

stl_04-978x600.jpg

Etant donné que le fascisme ne se limite pas à Aube Dorée mais est également promu par des dirigeants politiques, des entrepreneurs et des éditeurs…

Etant donné que les conditions de la crise qui favorisent le fascisme nous entourent et ne sont pas derrière nous…

Etant donné que toute l’Europe s’enfonce rapidement dans l’obscurité de l’extrême-droite…

 

L’équipe qui a produit Debtocracy et Catastroika’s entre dans le débat avec un nouveau documentaire


Les tournages ont commencé en septembre et seront finalisés dans les prochains mois. Cette fois nous vous présenterons de brèves histoires inconnues du passé, du présent et du futur du fascisme et de sa relation avec les intérêts économiques de chaque époque. Nous voyagerons de l’Italie de Mussolini à la Grèce pendant l’occupation nazie, la guerre civile et la dictature; et de l’Allemagne de Hitler au fascisme moderne en Grèce et en Europe. Ce nouveau documentaire suivra les traces de Debtocracy et de Catastroika, qui décrivaient les causes de la crise de la dette, l’impact des mesures d’austérité, l’érosion de la démocratie et le bradage des richesses du pays..


Plusieurs médias indépendants, entre autres la radiotélévision nationale ERT, à présent contrôlée par ses employés, nous ont déjà offfert leur soutien en tant que sponsors médias. Mais les co-producteurs de cet effort, ce sera toujours vous.


Notre troisième documentaire s’inspire et aspire à motiver les mouvements anti-fascistes en Europe, tout en demeurant une des plus grandes expériences de production indépendante dans le genre du documentaire. Encore une fois, nous refusons catégoriquement tout financement provenant de compagnies privées ou de partis politiques et ce documentaire sera diffusé sous une licence Creative Commons. Dans cet effort nous avons besoin de votre aide. Vous pouvez devenir co-producteurs à travers Paypal ou un virement sur un compte en banque.

 

Lien;  Debtocracy et Catastroika’s http://infowarproductions.com/


 

 

                                  **************************

Projection du documentaire Fascisme SA, le 10 avril à 19h à Bruxelles  Avenue Stanlingrad 18-20, le jeudi 10 Avril à 19h. 

La projection sera suivie d'un débat sur ​​le thème principal du film, c'est à dire les liens entre les groupes fascistes et des partis avec les principaux partis politiques et des groupes d'entreprises en Grèce et d'autres pays européens. 

 

http://t.co/PrlvXBiOra

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Films - Docs
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 13:35

 

 

 

Comment, du XVIIIe siècle à nos jours, les banques françaises ont réussi à se soustraire à toutes les règles pour générer le système actuel.

 

Absence de contrôle, spéculation à outrance et paradis fiscaux. Comment en est-on arrivé là ?

 

Comment, du XVIIIe siècle à nos jours, les banques françaises ont réussi à se soustraire à toutes les règles pour générer le système actuel. S'appuyant sur des films d'archives et des séquences d'animation, le documentaire raconte l'histoire d'un éternel recommencement et d'un système qui s'emballe.

 

Réalisation : Guy Girard

 

 ARTE F

 

Absence de contrôle, spéculation à outrance et paradis fiscaux ont éloigné les banques de l’économie réelle et enclenché une crise sans précédent en 2008. Comment en est-on arrivé là ? Ce documentaire remonte jusqu’en 1714, date de l’introduction en France du billet de banque, puis du système des actions orchestré par John Law – un banquier britannique féru de mathématiques, qui fit fortune dans les jeux. Mais, déjà, une première bulle spéculative crée la panique ! En 1789, la dette de l’État atteint 80 % du PIB. Elle est effacée huit ans plus tard, ruinant les créanciers et suscitant la colère des bourgeois... Désireux de redonner confiance aux Français, Bonaparte crée en 1799 la Banque de France. Vingt familles parisiennes – dont les Rothschild – s’emparent de cette banque centrale. Vers 1865, pour financer la révolution industrielle, deux établissements sont créés pour collecter l’épargne dormante du grand public et drainer des investissements industriels à l’étranger, notamment vers la Russie : la Société générale et le Crédit lyonnais…

Les sirènes de l'ultralibéralisme

 

S’appuyant sur des films d’archives et des séquences d’animation, le documentaire raconte l’histoire d’un système qui s’emballe, notamment après la Première Guerre mondiale où l’inflation aboutit à la crise de 1929. Puis il décrypte comment, malgré un regain d’influence des tenants de la régulation de l’État après la Seconde Guerre mondiale, la banque cède aux sirènes de l’ultralibéralisme et à la confusion politico-financière.

 

 http://www.arte.tv/guide/fr/047584-000/la-drole-d-histoire-des-banques-francaises

 



Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Films - Docs
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 17:28

 

1003227_10201185044817168_953246713_n.jpg

 

Montdidier du vendredi 7 au dimanche 9 février 2014

 

Abbeville du vendredi 21 au dimanche 23 février 2014

 



Programmation des films :

 
-Raymond Aubrac, les années de Guerre de Pascal Convert et Fabien Béziat ;

-Vingt en août 1944 de Jorge Amat ;

-La Résistance dans le Vimeu de Jean-Marc Ricouard et Julien Cahon (CRDP) ;

-La voix de Jean Moulin de Jorge Amat ;

-Les jours heureux de Gilles Perret ;

-La Résistance dans l'Amiénois de Julien Cahon et François Cassel (CRDP) ;

-Jean Catelas de Jean-Pierre Denne ;

-Les FTP-MOI dans la Résistance de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia.

Les intervenants :


-Élisabeth Helfer-Aubrac, fille des Résistants, Lucie et Raymond Aubrac.
-Georges Duffau-Epstein, fils de Joseph Epstein (Colonel Gilles), dirigeant des FTP de la région parisienne.
-Léon Landini, Résistant FTP du bataillon Carmagnole.
-Madeleine Riffaud, Résistante, arrêtée et torturée par les Nazis.
-Julien Lauprêtre, Résistant qui a côtoie Missak Manouchian et d'autres membres de l'Affiche rouge, à la prison de la Santé. Président du Secours populaire.
-Katia Guiragossian, petite-nièce de Mélinée et Missak Manouchian.
-Renaud Helfer-Aubrac, petit fils des Résistants Raymond et Lucie Aubrac.
-Guy Krivopissko,conservateur du Musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne.
-Frédéric Bureau, Directeur de l’Onacvg de la Somme
-Albert Bécard, Président de l'association Centre de Mémoire - Somme - Résistance et Déportation 
-Julien Cahon, Professeur des lycées et collèges, docteur en histoire, réalisateur de"La résistance dans le ---Vimeu" avec Jean-Marc-Ricouard (CRDP) et de"La résistance dans l’Amiénois" avec François Cassel (CRDP)
-Jean-Marc Ricouard, Professeur d’histoire co- réalisateur du documentaire "La Résistance dans le Vimeu".
-Jean-Pierre Denne, réalisateur du film "Jean Catelas"
-Jorge Amat, Réalisateur de "La voix de Jean Moulin" et "Vingt ans en août 1944"
-Anne-Marie Poucet, Présidente de l'association Les Journées cinématographique d'Amiens qui organise le Festival international du film d'Amiens. 

Programmation musicale : 

 
Boris Pélosof Trio ; Bertrand&... ; Trio d'vie ; Quai des brunes ; Bordel de Mel ;
HK et les Déserteurs ; Les Pinailleurs.

Expositions :

 
Les étrangers dans la Résistance (ONAC) ; Jean Moulin, une vie d’engagements (ONAC).
Carte blanche à deux artistes peintre, sur le thème la Résistance : Anne Capelle et Véronique Leclercq

 

 

Le programme sur le  site: http://images-contemporaines.com/

 


1234117_10201017920624401_1024578713_n.jpg

         Laurence Karsznia - Léon Landini 


1014061_10201973525673930_525456943_n.jpg        Mourad Laffitte   -  Julien Lauprêtre

 

 


 

 

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Films - Docs
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 18:31

http://alsace.france3.fr/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2013/10/28/doc_salaries.jpg?itok=mqUv9tyx

 France 5  jeudi 16 janvier à zéro heure dix, 

 

« Salariés sans frontières »

 

 

En résumé, le film porte sur la destruction du travail ouvrier dans la Grande région (Lorraine, Wallonie, Sarre) qui entoure le Luxembourg et le remplacement des ouvriers de la sidérurgie et des mines de fer par des salariés des services qui tous les matins partent dans le 2ème PIB par habitant du monde nettoyer les bureaux, garder les banques, servir les cafés des golden boys... Une force sociale relativement structurée autour de syndicats, de partis de gauche, regroupée collectivement, a été ainsi supprimée et remplacée par une autre, celle-ci atomisée, esseulée, désorganisée.

 

Au bénéfice comme d'habitude de ceux, qui comme les De Wendel, ont toujours été soutenus politiquement pour amplifier encore et toujours plus leurs intérêts et leurs profits.


Attention le film est programmé à 00h 10....bien sur pour que personne ne puisse le voir ...

N'oubliez pas de  l'enregistrer...merci à tous

Amicalement

Danielle Goussot

Lettre de Gilles Balbastre :


Figurez-vous que juste après le documentaire « Les nouveaux chiens de garde », j'ai eu l'occasion de réaliser un documentaire pour France 5, intitulé « Salariés sans frontières ».


Figurez-vous que ce documentaire a été livré en septembre 2012 et que depuis 18 mois, France 5 l'avait « oublié » dans des tiroirs.


Il faut dire que les rapports avec France 5 avaient été très tendus lors du montage au printemps 2012, à l'époque où des dizaines de milliers de spectateurs se précipitaient dans les salles pour voir justement Les Nouveaux chiens de garde. Alors, imaginer qu'il peut y avoir un rapport entre cette censure et le film qui a fait plus de 240 000 entrées au cinéma. Non, quand même pas !! Bon, il est vrai qu'Yves Calvi, un des chouchous de France5, est plutôt bousculé dans Les Nouveaux chiens de garde... Mais, non il ne faut pas voir le mal partout !!


Officiellement, c'était donc la musique du film et son compositeur, le talentueux et indocile Dick Annegarn, qui ne plaisait pas à la chaîne... Officiellement vous dis-je...


Toujours est-il que je viens par hasard de m'apercevoir cet après-midi en surfant sur le Net que France 5 s'est enfin décidé de diffuser « Salariés sans frontières » jeudi qui arrive, le 16 janvier à... zéro heure dix. Honteusement, en catimini, histoire de préserver l'illusion de démocratie. Le film n'a bien entendu bénéficié d'aucune promotion de presse de la part de France 5.

Résultat, aucun article, aucun reportage, aucun son. Un lien avec Les Nouveaux chiens de garde ? Non vous dis-je !!!


Alors, pour que l'omerta ne soit pas complète, reste à vous tous de diffuser ce message, d'inciter tout un chacun de regarder sur France 5 ce jeudi 16 janvier à zéro heure dix, « Salariés sans frontières », de l'enregistrer et de le montrer autour de vous.


Merci à vous


Gilles Balbastre, co-réalisateur des Nouveaux chiens de garde

 

 

Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Films - Docs
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 12:52

http://img.over-blog.com/225x300/5/38/19/90/Lucien/Lucien/Lucien-n-4/image016.png

 

 

Le film de Gilles Perret « Les Jours Heureux » est projeté vendredi 17 janvier 2014 à la salle VOX de Fréjus à 20h.

 

 L’association « Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR » participera au débat. Nous remercions les organisateurs de cette projection/débat de faire connaître cette magnifique histoire de la Résistance et du programme du Conseil National de la Résistance. Cette belle histoire n’a jamais été racontée ! Ce film permet de combler ces lacunes.

 

Au moment où ceux qui décident pour nous, veulent supprimer les conquis de la Libération, c’est une lueur d’espoir.  La fin de l’exception française est proche. Le modèle social auquel tous nos concitoyens sont attachés, est attaqué de toute part : la Sécurité Sociale, la Retraite par répartition, la Politique familiale, etc…, tout doit disparaître au bénéfice des transnationales sous couvert de modernité.

 

Il appartient à chacun de nous de s’éveiller et d’affirmer notre attachement à ces fondamentaux du pacte républicain.

 

L’Association « Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR » organise un co-voiturage pour cet évènement. Départ de Nice à 18h 30 de la place Fontaine du Temple à Nice Nord.

Les personnes intéressées doivent se manifester pour que nous puissions organiser au mieux ce déplacement.

Vous pouvez me contacter par courriel : lucien.pons01@laposte.net, ou au tél : 06 82 97 97 77.

 

Vous trouverez ci-dessous :

1.       Le message du Dr Louis REYMONDON.

2.       Le message initial de UTOPIA, association qui organise la projection.

3.       Un lien pour se rendre à Fréjus.

 

 

Lucien Pons

 


 

Le message de Louis Reymondon.

 

Bonjour à tous.

Merci pour l'organisation.

 

Nous avons vu à Paris ce documentaire historique sur le Conseil National de la Résistance.

Quelle chance ! Il passe vendredi à 20 heures au Vox de Fréjus.

 

Pourquoi  faut-il aller voir Les Jours Heureux ? Lisez :

http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/les-jours-heureux-film-cnr-10576.html 

 

Venez TOUS.... ce témoignage est incontournable dans notre actualité pour savoir nous battre "entre amis et camarades pour un monde meilleur", comme ils ont su le faire !

 

Au nom de Raymond AUBRAC, décédé en 2013, dont j'ai eu l'honneur d'être très proche, je vous demande d'amener vos amis, vos enfants : Que la salle soit comble !

 

Amitiés et @+

 

Dr Louis REYMONDON

 

 

Le Message d’UTOPIA.

 

 

UTOPIA 83, organise  le 17 JANVIER 2014   

 

            au cinéma  LE VOX de FREJUS        

 

 

un ciné débat  avec le superbe film de

 

Gilles PERRET:

 

                          "LES JOURS HEUREUX"                                

 

Le Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR  de Nice participera à cette soirée.

 

Synopsis

 

 Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France. Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement: "Les jours heureux".

 

Ce programme est encore au cœur du système social Français puisqu'il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d'entreprises, etc...

 

Ce film vise à retracer le parcourq de ces lois, pour en réhabiliter l'origine qui a aujourd'hui sombré dans l'oubli. Raconter comment utopie folle dans cette période sombre devint réalité à la Libération. Raconter comment ce programme est démentelé depuis, questionner la réalité sociale d'aujourd'hui, et voir comment les valeurs universelles portées par ce programme pourraient irriguer le monde de demain.

 

Le réalisateur Gilles PERRET,

 

A quarante cinq ans, Gilles Perret compte 12 documentaires longs, ancrés pour la plupart dans la réalité de ce pays qui est le sien, Les Alpes. C'est sa manière à lui de se plonger dans le tourbillon du monde actuel. Il s'attarde chez ses voisins de vallée pour mieux aborder la réalité du monde politique et économique mondial... C'est ce regard singulier qui a fait le succès de "Ma mondialisation" sorti en salle, diffusé sur France 3, puis Arte, et fort remarqué dans la presse.

Deux ans plus tard, ce regard se posera une fois de plus sur un voisin, ancien résistant, ancien déporté, et le film "Walter en résistance" qui pose la question de savoir si le verbe "résister" peut se conjuguer au présent. Un succès dans les cinémas qui a agité le monde politique.

Puis c'est sur le monde ouvrier, dont il est issu, que Gilles Perret pose son regard avec "De mémoires d'ouvriers" pour analyser ce que sont devenus ces travailleurs du début du XXème siècle à nos jours.

 

 Merci de diffuser l'info à vos contacts.

http://lesjoursheureux.net/wp-content/themes/lesjourheureux/img/affiche_les-jours-heureux

 

Le lien pour aller à Fréjus.

Voici le lien, avec l'itinéraire de la sortie de l'autoroute (Fréjus, St Raphael) au cinéma.

https://mapsengine.google.com/map/edit?mid=zigZxxHCyUaA.k9ECouDJNAww

 

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Films - Docs
commenter cet article
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 10:00

 

Resistance_Cher_w-110cb-copie-1.jpg

 

Bande annonce du film qui sortira le 27 mai 2014, en hommage au Conseil National de la Résistance.

 


Projet financé par le Conseil général du Cher et organisé avec l'ANACR 18.

 

 


 
Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Films - Docs
commenter cet article
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 14:49

http://www.cinema-contis.fr/Photos/_300lumi%C3%A8resnoires.jpg

 

En septembre 1956, à la Sorbonne, s'est tenu trois jours durant le premier colloque des intellectuels et artistes noirs. Aimé Césaire, Alioune Diop, Léopold Sédar Senghor, Richard Wright ou Frantz Fanon y ont notamment côtoyé Jean-Paul Sartre, Claude Lévi-Strauss, René Depestre, Edouard Glissant ou James Baldwin.


Le réalisateur américain Bob Swaim revient sur les circonstances de la tenue de ce colloque et explique pourquoi les grandes puissances de l'époque - la France, les Etats-Unis et l'URSS - ont tout fait pour le perturber, en dénigrer les conclusions et en étouffer la portée. Des images d'archives et le récit de certains participants illustrent le propos.

 

 

 

 


 

 

http://aftamgram.files.wordpress.com/2009/11/affiche-pablo-picasso.jpg?w=202&h=300

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Films - Docs
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 06:29

 

L’association « L’Eclat ».

http://img.over-blog.com/270x146/5/49/36/54/images-de-lutte/resistance/resistance-france/image002--1-.jpg

 

L’association « Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR »

http://img.over-blog.com/300x139/5/49/36/54/images-de-lutte/resistance/resistance-france/image004.jpg

vous invitent à la projection/débat autour du film:

« Les Jours Heureux » de Gilles Perret - Nice- mardi 26 novembre 2013 à 20h30.

 

L’évènement aura lieu au cinéma Mercury, place Garibaldi à Nice.

Le film sera suivi d’un débat avec

Bernard FRIOT* 

(Sociologue, économiste).

 

http://img.over-blog.com/374x500/5/49/36/54/images-de-lutte/resistance/image016.png

 

 

Bernard Friot.

http://tvbruits.org/IMG/jpg/friot.jpgSociologue et économiste, Bernard Friot est spécialiste des politiques du salariat. Assistant en 1971, puis maître de conférences en économie à l’IUT de l’université de Lorraine, il est élu professeur de sociologie à l’université de Paris-Ouest Nanterre en 2001. Il devient professeur émérite en 2009.


A travers sa thèse d’État d’économie qui porte sur la construction de la Sécurité sociale en France de 1920 à 1980, il conteste l’interprétation de 1945 qui fait de « la Sécurité sociale un élément nécessaire à la période fordiste du capitalisme ».


Chercheur à l’IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie), il participe aux travaux de l’Institut européen du salariat qui promeut l'idée d'un « salaire à vie » pour tous, une proposition alternative au revenu de base, idée que Bernard Friot dénonce comme étant « la roue de secours du capitalisme ».


Il a publié plusieurs ouvrages :


The Wage under Attack : Employment Policies in Europe (avec Bernadette Clasquin), (Ed. PIEPeter Lang, 2013) ;


Puissances du salariat, nouvelle édition augmentée, (Ed. La Dispute, 2012) ;


L’Enjeu du salaire, (Ed. La Dispute, 2012) ;


Comprendre l’écologie politique, (chap. 7, entretien) : « Pour une citoyenneté révolutionnaire » (Ed. UFAL, 2012) ;


L’Enjeu des retraites, 2010, (Ed. La Dispute, 2010)…

 


 

Infos sur ce merveilleux film

 

Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France. Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement :  « Les jours heureux »


Ce programme est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.


Il nous paraît important et essentiel de porter à la connaissance du plus grand nombre à la fois les avancées fondamentales que le CNR a promu -et dont nous avons bénéficié durant de très nombreuses années et dont nous bénéficions encore partiellement- et l'état des lieux actuel qui met en avant les dangers auxquels nous sommes exposés. Le film "Les jours heureux" nous interpelle et nous questionne !

 

Aussi face au démantèlement méthodique des valeurs, des modèles et des principes que le CNR a porté, et afin de mettre l'accent sur ces dérives dangereuses, la mobilisation de toutes et tous est essentielle et passe notamment par ce devoir de "vérité historique" que nous offre et présente le film "les jours heureux" de Gilles PERRET.

 

Devant les régressions toujours renouvelées, devant le battage médiatique transformé en odieuse propagande qui veut nous persuader que les pires contre-réformes sont réalisées dans l'intérêt des travailleurs, il faut absolument revenir aux fondamentaux et bouter hors notre grille de lecture cette redoutable propagande. Nous devons retrouver la volonté de nous battre afin de permettre aux "Jours Heureux" d'illuminer à nouveau l'avenir. Pour cela nous devons, comme le disait avec insistance le regretté Stéphane Hessel, "RÉSISTER C'EST CRÉER? CRÉER C'EST RÉSISTER" !!!


Un extrait :

 

 

 

 

 

N'oubliez pas que ceux qui ignorent l'histoire sont condamnés à la revivre. Je finirai par une citation de Jean Ortiz "La mémoire ne m'intéresse que dans la mesure où elle nous permet de parler du présent".


  Lucien Pons

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Films - Docs
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 10:29

http://www.framablog.org/public/_img/framasoft/.noesunacrisis_LOGO_footerpartenaires_plat_m.jpg

 

Sorti en octobre 2013, No Es Una Crisis est un passionnant documentaire de Fabien Benoit et Julien Malassigné traitant de la situation politique et économique en Espagne dans le sillage du mouvement des Indignés.

 

 

Sa particularité : c’est, à notre connaissance, le premier web-documentaire professionnel créé et diffusé sous licence Creative Commons BY-SA[1. Les images, les sons, les sous-titres, sont donc en effet réutilisables librement (à condition de citer les auteurs et de conserver les œuvres dérivées sous la même licence). Ce qui fait plus de 3h de média de qualité professionnelle accessibles pour tous.


Mais, ami-e libriste, ne te jette pas à clic perdu sur ce lien, ou ta déception risque d’être grande ! En effet, la diffusion se fait dans un format fermé (Flash), ce qui empêche sa visualisation sur de nombreux supports : smartphones, tablettes, GNU/Linux et même Windows XP (dont le support des dernières version de Flash était incomplet jusqu’à il y a peu).


Or, il se trouve que Framasoft partage le même bureau[2que l’équipe de production de ce web-documentaire ! Nous leur avons donc proposé notre aide à deux niveaux. 


D’abord, nous avons hébergé les fichiers vidéos du web-documentaire, particulièrement sollicités lors de l’annonce sur différents sites de la presse nationale et espagnole. Grâce à l’aide précieuse de Rézopole (pour la mise à disposition de serveurs et surtout de bande passante) et de Fabien Bourgeois (notre autre voisin de bureau, pour l’aide à la configuration de ces serveurs), le webdoc a pu dépasser sans encombre les 60 000 visualisations, avec des pics à 2x200Mbps et plus de 6To transmis sur quelques jours.


Mais surtout, nous avons proposé aux auteurs de les aider à « libérer » totalement leur oeuvre en organisant mi-décembre un week-end de « conversion » de leur documentaire en Flash dans une technologie libre et ouverte (HTML5). Un « liberathon », en quelque sorte !


Vous en apprendrez plus à la fin de cette entrevue avec Jean-Baptiste Fribourg, producteur du documentaire à la Société de Apaches.

 

http://www.framablog.org/public/_img/framasoft/.noesunacrisis_photogramme_mareablanca_m.jpg

 

Lire la suite >>> 

No Es Una Crisis : un documentaire à la fois déjà libre et bientôt libre(Framablog)

http://www.framablog.org/index.php/post/2013/11/21/no-es-una-crisis-documentaire-libre

 

 

 


Repost 0
Published by Comite-pour-une-Nouvelle-Resistance -CNR - dans Films - Docs
commenter cet article